La nouvelle orientation d’Habitat & Confort demandait une rénovation des espaces existants et donc des investissements. David Chamoso et Alexandre Schneiter ont dû trouver une solution pour le financement des travaux avant de finaliser la reprise de l'entreprise.

  • 618
Entrepreneurs12 avril 2018

Quand la clé d'une transmission se trouve dans le parc immobilier

Chaque transmission d’entreprise est un cas unique. Mais les expériences des uns peuvent donner des idées à d’autres. David Chamoso et Alexandre Schneiter ont pu reprendre Habitat & Confort S.A. notamment grâce à un compromis trouvé autour d’un immeuble.

«Nous nous sommes connus lors des cours du brevet fédéral». David Chamoso et Alexandre Schneiter sont, depuis l’an dernier, directeurs associés d’Habitat & Confort à Corseaux, une société spécialisée dans la rénovation d’intérieur – notamment des cuisines et salles de bains. Leur chemin se sont rapprochés lorsque le propriétaire précédent de l’entreprise créée en 2001 a décidé de se retirer. Discussions et contacts divers l’ont finalement convaincu de vendre à l’un de ses anciens employés. Restait à régler le détail de la transaction. C’est alors que les deux repreneurs ont pu mettre en pratique la théorie abordée dans les cours de leur brevet fédéral de spécialiste en vente. Ils se sont notamment attachés à la mise sur pied d’un business plan, la version papier de leur vision de l’avenir de l’entreprise. Ce qui impliquait bien sûr un certain nombre de changements et autant d’investissements.

Le temps de la négociation

Vendeur et repreneurs ont discuté pendant quelque 18 mois. «Ce n’est ni trop court, ni trop long. Il faut laisser du temps à la négociation pour soigner les détails», relève David Chamoso. Le point clé de cette transaction hautement émotionnelle bien sûr – quel est le prix du travail d’une vie pour le vendeur et pour les repreneurs? – s’est finalement joué sur l’immobilier. Un détail qui n’en était pas un.

Une solution sur mesure

Les associés racontent comment ils se sont aperçus qu’ils ne parviendraient pas à financer le rachat de l’entreprise et les investissements nécessaires à la mise en place de leur business plan. La nouvelle orientation de l’entreprise vers une conception plus large de l’aménagement d’intérieur demandait effectivement une rénovation en profondeur des espaces d’Habitat & Confort. «Après discussion avec notre conseillère BCV, nous avons proposé au propriétaire précédent de partager le parc immobilier en PPE, dont une partie seulement avait vocation commerciale». Ils ont expliqué leur situation au vendeur qui a compris et accepté le compromis proposé. Soit le rachat d’une seule partie de l’immeuble, la partie commerciale. «Nous avons ainsi pu réaliser nos investissements», conclut Alexandre Schneiter.

Patience

Les deux entrepreneurs conseillent aux personnes qui envisagent de remettre ou de reprendre une entreprise de s’armer de patience et de persévérance. Sans oublier de «ne pas trop charger le bateau!», car les débuts d’une activité sont souvent très compliqués.

Anne Gaudard, rédactrice BCV

 

Vous souhaitez plus d'informations sur le thème de la transmission? Découvrir les services de la BCV

Ces articles qui traitent aussi de la transmission d'entreprise pourraient aussi vous intéresser:

Ces articles pourraient vous intéresser

De l'importance de planifier sa transmission d’entreprise

Pour transmettre son entreprise, une bonne planification est essentielle. Cinq à dix ans représentent un délai raisonnable. Suite

De l’importance d’un pacte d’actionnaires

Il ne faut pas régler la transition au moment où l’un des associés s’en va, mais la prévoir longtemps à l’avance, conseille Philippe Mettler, dirigeant de Star Ambulances. Suite

Acquérir pour mieux développer

Quand Mike Finders a décidé de reprendre la société familiale Gravotec, il s’est appuyé sur un conseiller pour la phase préparatoire. Suite