Immobilier A - 1350

Un nouveau propriétaire sur deux dans le canton fait le pas entre 35 et 50 ans.

  • 476
Dans le canton28 mars 2018

30 000 propriétaires de plus en 15 ans

Entre 2000 et 2015, près de 30 000 personnes sont devenues propriétaires dans le canton de Vaud. L’arrière-pays est devenu de plus en plus populaire à mesure que les prix des logements sur l’Arc lémanique augmentaient.

Si les Vaudois, à l’image de l’ensemble des Confédérés, sont majoritairement locataires, la part des propriétaires a augmenté entre 2000 et 2015, de 28,2% à 31,7%, selon l’Office fédéral de la statistique. Du fait de la forte croissance démographique, cette hausse en apparence modérée du taux de ménages propriétaires cache en réalité une forte augmentation de leur nombre: celui-ci a progressé de plus de 30 000 (+38,6%) entre 2000 et 2015. L’étude Devenir propriétaire: qui peut se l’offrir?  indique comment les nouveaux propriétaires se répartissent dans le canton.

Un nouveau propriétaire sur deux fait le pas entre 35 et 50 ans. La tranche des 30-55 ans représente même 80% des acheteurs. Les ménages qui achètent leur logement sont principalement des familles avec enfants: entre 30 et 55 ans, près de trois quarts des propriétaires sont parents.

En revanche, dès 65 ans, le goût pour la propriété s’estompe fortement. À partir de cet âge-là, on observe que de plus en plus de propriétaires quittent leur logement et que le taux de propriétaires chute. Cela correspond à des ménages dont le logement est devenu trop grand et difficile à entretenir ou qui souhaitent changer de région. Plus tard, le décès du conjoint, l’emménagement dans un appartement protégé ou encore l’entrée en maison de retraite peuvent aussi conduire à la vente du logement.

Dynamique différente selon les régions

De plus, le nombre de nouveaux propriétaires a cependant eu tendance à diminuer d’année en année alors que les prix de l’immobilier progressaient. Au début des années 2000, alors que les prix étaient encore relativement bas, le marché de l’immobilier en propriété était particulièrement dynamique sur l’Arc lémanique ainsi que dans le Jura-Nord vaudois et le Gros-de-Vaud. Par la suite, au fur et à mesure que les prix augmentaient, la dynamique s’est étendue au reste du territoire cantonal, c’est-à-dire la Broye-Vully et la région d’Aigle-Pays-d’Enhaut. À l’inverse, elle a quelque peu fléchi à partir de 2010 de l’Ouest lausannois à la Riviera.

Au final, les régions qui ont connu les plus fortes hausses du nombre de ménages propriétaires entre 2005 (première année pour laquelle des données par district sont disponibles) et 2013 sont les districts de Nyon, du Jura-Nord vaudois, de Morges et du Gros-de-Vaud. Comparativement au nombre total de ménages, la région qui a vu le plus de nouveaux logements être achetés en propriété est le district du Gros-de-Vaud (voir graphique). Les autres districts ou régions qui se distinguent par des hausses rapides sont ceux de l’arrière-pays (Jura-Nord vaudois, Broye-Vully), ainsi qu’Aigle-Pays-d’Enhaut et le district de Morges.

Ménages propriétaires de leur logement principal

Ménages propriétaires de leur logement principal - 1

Ménages propriétaires de leur logement principal - 2

Note: le nombre de propriétaires est calculé sur la base des données fiscales et peut différer des données de l’Office fédéral de la statistique. Les ménages considérés sont issus de la statistique des ménages de Statistique Vaud.

Sources: Statistique Vaud, Office fédéral de la statistique, calculs BCV

Ces articles pourraient vous intéresser

Les Vaudois paient cher leur logement

La part de budget qu’ils consacrent au logement est plus élevée que l’ensemble des Suisses. Pourtant, les Vaudois sont globalement un peu plus à l’étroit que leurs compatriotes. Suite

Sept logements sur dix appartiennent à des particuliers

Dans le canton de Vaud, 30% des logements sont habités par leur propriétaire, 40% sont possédés à but de rendement par des particuliers. Suite

Les Vaudois déménagent le plus entre 20 et 35 ans

Les Vaudois préfèrent s’expatrier plutôt que de déménager dans un autre canton. Mais ce qu’ils préfèrent, c’est déménager à l’intérieur de leur canton. Suite