Montelly

Rapporté au mètre carré, «le prix des nouveaux logements sera moins cher», souligne le directeur de la Fondation Pro Habitat Lausanne.

  • 429
Dans le canton10 août 2016

Quartier de Montelly: reconstruire et agrandir

A Lausanne, dans le quartier Mde ontelly, la Fondation Pro Habitat Lausanne a investi 36 millions de francs dans la démolition et la reconstruction de trois immeubles. La BCV finance la construction avec un crédit de 24,7 millions de francs.

Au chemin de Montelly 34 à 44, les bâtiments qui hébergeaient 79 familles ont été démolis en 2015. Ils étaient trop vieux, énergivores, mal insonorisés, insalubres, et les façades comportaient même de l’amiante. Il a été décidé de les détruire, car «leur état ne permettait pas de les rénover», explique Bernard Virchaux, directeur de la Fondation Pro Habitat Lausanne (FPHL), structure soeur de la Société coopérative d’habitation de Lausanne (SCHL), entièrement dédiée au logement social.

La construction de nouveaux logements permettra de «doubler la surface habitable», assure Bernard Virchaux. Dans le nouveau projet, conçu par le cabinet SAS + AAX specific architectural solutions, le nombre total d’appartements sera plus important et chacun d’eux se trouvera considérablement agrandi: 100 m2 pour un quatre-pièces, contre 64 m2 dans les anciens immeubles. Par ailleurs, les nouveaux bâtiments respecteront les normes Minergie-P.

Réduire la facture énergétique

«La facture énergétique sera réduite de 60% par rapport à un immeuble normal. Deux types de panneaux solaires seront mis en oeuvre, les uns pour fournir une partie de l’électricité, les autres pour préchauffer l’eau chaude.» Ces travaux importants sont programmés depuis 2003. «Il a fallu attendre près de dix ans pour pouvoir organiser le financement.» Sur une opération à 36 millions de francs, 7,2 millions sont injectés en fonds propres par la FPHL, en sus du terrain dont la Fondation est déjà propriétaire. La Ville de Lausanne et le Canton contribuent chacun à hauteur de 2,5 millions de francs environ, uniquement sous forme de cautionnement. La BCV fournit, quant à elle, un crédit de construction à hauteur de 24,7 millions de francs. L’opération concerne en particulier les 79 familles qui vivaient auparavant sur place. Comme elle en a l’habitude, la FPHL a choisi de se charger de leur relogement, détaille Bernard Virchaux. «La Fondation a un but social évident. Notre approche des relations avec les locataires est différente de celle d’un promoteur classique. Ils sont au centre de nos actions, car c’est la philosophie et l’éthique mêmes de notre société.» Il a donc fallu se mettre à la recherche d’un nouvel appartement pour chacun, au sein du parc de la FPHL et de la SCHL, et organiser tous les déménagements. L’opération, entièrement financée par la FPHL, s’est déroulée sur environ treize mois. «Nous avons essayé de tenir compte des besoins de chacun, notamment en termes d’accès aux écoles ou au travail. Les familles ont pu visiter leurs nouveaux appartements et n’étaient pas tenues d’accepter la nouvelle offre proposée.»

Un logement plus grand

Les anciens locataires de Montelly seront prioritaires pour réintégrer leur quartier d’origine s’ils le désirent, une fois les travaux finis, d’ici à 2018. «Mais les logements étant plus grands, leurs loyers seront sans doute plus chers de 40%», estime Bernard Virchaux. Pour certains, la question de retourner à Montelly ne se pose finalement pas. «Ce déménagement a été une très bonne chose pour nous», témoigne Fernando Carlo de Almeida Fernandes, qui résidait à Montelly avec son épouse et ses deux enfants de 15 et 23 ans. «Nous sommes désormais dans le quartier de la Sallaz, que j’aime bien et où je me vois vraiment rester. Notre nouvel appartement est plus grand, toute la famille se sent plus à l’aise. Nous pouvons enfin recevoir du monde sans nous sentir à l’étroit!»

Ce texte est paru dans le rapport de Responsabilité sociale d’entreprise 2014-2015 de la BCV.

Camille Andres, rédactrice, pour la BCV

Ces articles pourraient vous intéresser

Ouvrir sa boucherie, un pari risqué?

Même si le métier de boucher-charcutier souffre d’un déficit d’image, ceux qui se lancent peuvent trouver de belles opportunités. Portrait de la Boucherie de Maillefer qui a ouvert ses portes en juin 2016 au Mont. Suite

Une maison, une situation, un prix

Vous voulez évaluer votre villa? N'oubliez pas la maxime qui veut que le prix d'un bien immobilier dépend de trois critères: sa situation, sa situation et... sa situation. Suite

Un exemple de croissance durable pour les villes

À fin 2019, Stockholm a été élue ville la plus «intelligente» du monde pour ses innovations associant environnement, numérique et bien-être des habitants. Suite