Trump3

Donald Trump devra convaincre que l’on peut, en même temps, baisser les impôts et financer de nouvelles infrastructures.

  • 120
Votre argent02 mars 2017

Paroles, paroles, paroles… et des actes?

 

Le premier discours officiel de Donald Trump, mardi dernier devant le Congrès (Sénat et Chambre des représentants réunis), était très attendu. Il n’a pas déçu et il y en a eu pour toutes les mouvances politiques.

La lutte contre l’immigration illégale se poursuivra, les impôts seront baissés et les investissements boostés, le système d’assurance maladie introduit par Barack Obama sera démantelé sans léser les Américains, les dépenses militaires seront augmentées, la lutte contre le terrorisme ne cessera pas de même que celle contre les injustices sociales…

Que demander de mieux pour doper la conjoncture américaine et soutenir la croissance mondiale? Pas grand-chose sur le papier. Dans la vraie vie, les anicroches ne manqueront pas puisque ce n’est pas le président qui détient les cordons de la bourse, mais le Congrès. Et il faudra bien le convaincre que l’on peut, en même temps, baisser les impôts et financer de nouvelles infrastructures…

Dans une économie proche du plein-emploi, un tel coup de pouce à la croissance ne manquerait pas de pousser les salaires vers le haut. Si c’est tout bénéfice pour les ménages, cela se traduirait aussi par une accélération des prix à la consommation. Et même si la Réserve fédérale américaine a déjà préparé le marché à une politique monétaire moins souple cette année, les trois hausses de taux anticipées ne suffiraient pas à tempérer une croissance qui se dirigerait vers 3% en 2018, à en croire l’administration Trump.

Un tel environnement doperait les rendements obligataires et fragiliserait, temporairement, les marchés boursiers. Il pourrait aussi permettre aux banques centrales européennes de réduire leur stimulation monétaire excessive, puisque le boom de la croissance des Etats-Unis entraînerait celle du Vieux Continent. On peut l’espérer, mais avec modération!

Publié le 2 mars 2017 dans 24 heures

Ces articles pourraient vous intéresser

«Shutdown»: Trump met l’administration américaine dos au mur

Le «shutdown» c’est plus de 800 000 fonctionnaires au chômage technique et une perte de croissance au premier trimestre. Suite

Donald Trump à l'origine d'une nouvelle ère protectionniste?

Donald Trump a tenu ses promesses électorales protectionnistes, décrétant des taxes douanières sur les importations d’acier et d’aluminium. Suite

Le cuivre dans une situation de vulnérabilité?

Entre novembre 2016 et février 2017, le cours du cuivre a bondi de 22%. Mais une configuration aussi favorable ne durera pas indéfiniment. Suite