BCE et dette zone euro

Voix dissonantes à la BCE sur l'annulation de la dette publique européenne.

  • 235
Marchés23 février 2021

Annuler la dette publique de la zone euro: risques et enjeux

 

La dette publique de la zone euro détenue par la BCE s’élève à environ 2 500 milliards d’euros. D’aucuns appellent à son annulation et le sujet fait débat depuis près d’une année. Mais l’affaire est complexe.

Le 5 février dernier, une centaine d’économistes publiaient dans neuf journaux européens, dont Le Monde, El País, La Libre Belgique, Der Freitag et L’Avenir, un article invitant la Banque centrale européenne (BCE) à effacer une partie de la dette publique qu’elle détient depuis le début de la crise du COVID-19 ou à la convertir en dette perpétuelle sans intérêt. Selon ces économistes, le montant de cette dette publique s’élève aujourd’hui, pour l’ensemble de l’Europe, à près de 2 500 milliards d’euros, et son annulation ou sa reconversion pourrait se faire en échange de l’engagement des pays de l’Union européenne (UE) à investir les mêmes montants dans leur reconstruction écologique et sociale au travers d’investissements durables et à long terme.

Annuler la dette publique, le sujet n’est pas nouveau

Le débat autour de la faisabilité de l’annulation par les banquiers centraux de la dette en question n’est pas nouveau, car le sujet a déjà été discuté à plusieurs reprises depuis mars 2020. Les économistes en faveur de l’initiative craignent surtout qu’une telle réduction de la dette publique soit assujettie à de nouveaux régimes d’austérité et que cela soit nuisible aux économies de la zone euro, qui connaissent déjà de grandes difficultés.

Des voix dissonantes du côté de la BCE

De leur côté, plusieurs membres de la BCE se sont opposés à cette idée et, récemment, sa présidente, Christine Lagarde, a réaffirmé, dans un entretien au Journal du dimanche (7 février 2021), qu’une telle proposition serait «inenvisageable» et qu’elle serait même contraire au Traité européen qui interdit strictement tout genre de financement monétaire aux pays de l’UE. Les partisans de l’annulation de la dette, quant à eux, soutiennent que cette règle est obsolète, car les pressions inflationnistes sont quasiment inexistantes. Pourtant, juridiquement, seul l’accord unanime des pays faisant partie du Conseil européen pourrait permettre un tel changement.

Enjeux et risques du plan d’annulation…

Et l’effort politique requis risque de ne pas en valoir la chandelle. En effet, à ce jour, les gouvernements européens, inclus celui de la Grèce, empruntent à des taux d’intérêt très bas, voire négatifs. Dans ce contexte, l’annulation de la dette ne serait pas forcément la seule condition sine qua non pour investir davantage dans la transition climatique, par exemple. Comme le soulignent Christophe Blot et Paul Hubert, chercheurs au sein de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), dans leur étude «De la monétisation à l’annulation des dettes publiques, quels enjeux pour les banques centrales?» (9 novembre 2020), selon l’organisation de cette annulation et la manière de la communiquer, on pourrait craindre toutes sortes de comportements irrationnels qui pourraient mettre en péril le projet.

…comme une perte de confiance des investisseurs

On pourrait assister, par exemple, à une perte de confiance des investisseurs privés, craignant de faire aussi l’objet d’une annulation, qui pourrait provoquer une augmentation des primes de risque et des difficultés à financer de nouvelles émissions de dette publique. Afin d’éviter cela, l’Europe devra rechercher des stratégies plus efficaces, comme une révision des règles budgétaires de l’UE.

Par Tiziana Durante, négociatrice obligations et taux, BCV 

Publié dans le commentaire hebdomadaire "Matinale Express - Actions" de la salle des marchés de la BCV, le 23 février 2021

Ces articles pourraient vous intéresser

La Grèce de retour sur les marchés financiers

L'accord conclu entre les créanciers le 21 juin 2018, après de difficiles négociations, doit permettre à la Grèce de sortir des programmes d'aide tout en la maintenant sous stricte surveillance européenne. Suite

Le plan européen de relance en quelques points

Retour sur les éléments clés du plan de relance à 750 milliards d'euros de l’Union européenne. Suite

OPA de SIX Group sur Bolsas y Mercados Españoles

L’OPA amicale de SIX Group sur BME, pour 2,84 milliards d’euros, a reçu l’aval des autorités de la concurrence. La nouvelle entité serait le numéro trois européen. Suite