Depuis 2009, Mussler Medical Supply s’est diversifiée dans la chirurgie générale et thoracique, et développe de nouveaux marchés, notamment dans le secteur dentaire. L'entreprise est désormais aux mains d'un trio formé de Guillaume (à gauche) et Florian Besse ainsi que de Philipp Zrunek.

  • 454
Entrepreneurs08 novembre 2019

Une transmission par étapes

Guillaume et Florian Besse ont pu reprendre Mussler Medical Supply, entreprise spécialisée dans la distribution de dispositifs médicaux spécialisés, grâce à une transition élaborée sur le long terme et un montage financier sur mesure.

C’est en 1995 que Bernard Mussler fonde son entreprise, d’abord en tant qu’indépendant. Son métier? Proposer aux médecins des blocs opératoires du matériel médical de pointe pour la chirurgie cardiaque. Mussler Medical Supply est notamment le premier et le seul importateur en Suisse du fameux «cœur de Berlin». Cet appareil, fabriqué en Allemagne comme son nom l’indique, permet de maintenir en vie des patients dont le cœur est abîmé et en attente de greffe. Ce système est le seul qui apporte une assistance bi-ventriculaire, c’est-à-dire aux circulations sanguines pulmonaires et systémiques, et à pouvoir être implanté sur des enfants. En Suisse, une dizaine de patients y ont recours chaque année.

Au fil des ans, Bernard Mussler tisse un réseau solide, au sein des hôpitaux suisses et avec une série de fournisseurs. «Toutes les sociétés avec qui nous collaborons ont dix à quinze ans d’histoire avec l’entreprise. Bernard Mussler a construit des relations importantes qu’il a su maintenir grâce à une éthique de travail remarquable, d’une grande honnêteté», remarque Guillaume Besse, aujourd’hui directeur de l’entreprise, en un hommage marqué à son précédent employeur. C’est en 2008 que Guillaume Besse rejoint la société, devenue une S.A. Dès le départ, il se positionne clairement comme repreneur. «Nous nous sommes mis d’accord, de manière informelle, sur le fait que je rachèterai un jour des parts». Bernard Mussler a alors 69 ans. Guillaume Besse recrute son frère, Florian, fraîchement sorti d’une école de management, en 2011 comme vendeur pour la Suisse romande. En 2012, un premier plan de transmission est mis en route. Guillaume Besse reprend 49% des parts de l’entreprise, financées via un prêt personnel de Bernard Mussler.

Préserver l’amitié

En 2016, Bernard Mussler, envisage une sortie à court ou moyen terme et plusieurs scénarios sont envisagés. Deux enjeux se présentent alors. D’abord, trouver un terrain d’entente sur la valeur de la société. «Les estimations externes variaient parfois du simple au double!» Les facteurs qui influent le montant sont multiples. «Du côté de l’acheteur, il y a la réalité économique de la structure, sa possibilité de survie et de développement. Du côté du vendeur, un aspect émotionnel, lié au fait qu’on a passé du temps à construire cette histoire. Et le besoin d’un certain montant pour pouvoir compléter sa retraite.» Finalement, «c’est le potentiel de la société qui a mis tout le monde d’accord», estime Guillaume Besse, ainsi que le temps long sur lequel s’est finalement déroulée la transmission. «L’amitié que nous avons avec Bernard Mussler était capitale. Nous avons voulu préserver ces rapports, en prenant le temps d’une négociation satisfaisante pour chacun». En 2018, le rachat de la société par ses repreneurs se concrétise, avec l’entrée au capital d’un ancien collègue et ami de la société, Philipp Zrunek, qui a une grande expérience internationale de la chirurgie cardiaque.  

Sur mesure

Restait ensuite à structurer le financement pour le rachat. En recherche d’un montage financier sur mesure, Guillaume Besse et Bernard Mussler se sont tournés vers la BCV. «La Banque a trouvé une solution nous permettant, à Philippe, mon frère et moi, de financer le rachat à partir des parts sociales supplémentaires et de devenir actionnaires majoritaires», explique Guillaume Besse. Une holding commune, ZBB Invest a donc été créée. «La BCV a écouté notre problème, et trouvé une solution permettant à chacun d’apporter un montant sous une forme différente», explique Guillaume Besse. Bernard Mussler a gardé quelques parts sociales du capital de son entreprise, et reste à ce jour président du conseil d’administration.

Depuis 2009, Mussler Medical Supply s’est diversifiée dans la chirurgie générale et thoracique, et développe de nouveaux marchés, notamment dans le secteur dentaire.

Camille Andres, rédactrice pour la BCV

Pour en savoir plus sur la transmission d'entreprise: www.bcv.ch/transmission

Ces articles pourraient vous intéresser

Reprendre un cabinet médical n’est pas une promenade de santé

Clause du besoin, prix, financement, contraintes légales ou administratives, la reprise d’un cabinet médical n’est pas une mince affaire. Suite

«La bosse des maths n’existe pas»

Le cerveau livre peu à peu ses mystères. Cet organe qui contient notamment 160 000 km de câbles et qui adore le sucre mérite une attention toute particulière. Les explications du professeur Bernard Sablonnière. Suite

Reprendre l’entreprise qui vous emploie

Quel montage financier est possible? À quoi faire attention? Témoignage d'André Bourdilloud, salarié devenu patron de sa boucherie à Cheseaux-sur-Lausanne. Suite