Devant un parterre d'environ 600 personnes, Christoph Franz, président du Conseil d'administration du groupe Roche, s’est avoué confiant dans l’avenir de la place pharmaceutique suisse.

  • 84
Entrepreneurs07 novembre 2017

«L’innovation est souvent vue sous le seul angle des coûts»

Christoph Franz, président du Conseil d’administration du groupe Roche, a fait le point sur quelques défis qui attendent le secteur de la pharma lors de Conjoncture et perspectives, manifestation organisée à Lausanne le 1er novembre.

Il se dit à la maison dans des environnements favorables au progrès médical. Christoph Franz s’est ainsi senti chez lui à Lausanne le 1er novembre dernier. Le président du Conseil d’administration du groupe Roche l’a confié aux quelque 600 personnes réunies par la BCV. La raison? Non seulement le thème de la santé était au cœur des débats, mais il a aussi souligné l’importance pour la Suisse et pour ses entreprises pharmaceutiques du cluster biotech lémanique.

Confiant pour la pharma suisse

Après avoir rappelé l’importance de la pharma pour le pays – 30% des marchandises vendues à l’étranger –, Christoph Franz s’est avoué confiant dans l’avenir de la place pharmaceutique suisse tant l’environnement reste ouvert à la recherche et à l’innovation. Il a mis en évidence la qualité des pôles bâlois, zurichois et bien sûr lémanique, sans oublier l’élément humain, soit les compétences des collaborateurs, qu’ils soient suisses ou étrangers. Et de profiter de l’occasion pour féliciter le récipiendaire du Prix Nobel de chimie 2017, le Vaudois Jacques Dubochet.

Mais si la Suisse reste importante pour Roche, le marché clé pour le secteur se trouve aux Etats-Unis. Tous les grands acteurs ont au moins un centre de recherche outre-Atlantique, a-t-il souligné en ajoutant que la première économie mondiale représentait un tiers du marché mondial des médicaments. La raison principale? La valorisation de l’innovation. «Les Etats-Unis sont prêts à payer une prime à l’innovation». Christoph Franz a poursuivi: «Dès le lendemain d’une approbation d’un médicament par la Food and Drug Administration (FDA), chaque malade qui en a besoin doit y avoir accès. Alors que sur les autres marchés, en Europe par exemple, il faut souvent attendre jusqu’à un an avant qu’il soit remboursable». Sur le Vieux Continent, a-t-il encore constaté, «l’innovation est souvent vue sous le seul angle des coûts. Nous avons un défi de communication à relever».

Hausse des coûts d’homologation

Christophe Franz a alors expliqué le pourquoi de la hausse des coûts pour toute homologation. «Les dépenses en R&D ont doublé entre 2000 et 2010 alors que le nombre de nouveaux médicaments mis sur le marché est resté stable». En cause, la complexité toujours plus grande des maladies, mais aussi le fait qu’«il est de plus en plus difficile de faire des découvertes capitales, l’innovation est un processus progressif, on avance rarement à pas de géant». Dans ce contexte, il se dit plutôt satisfait des dix-huit derniers mois de Roche. Le géant bâlois a en effet «lancé cinq nouveaux médicaments» pendant ce laps de temps.

Au-delà des aspects communicationnels, le président du Conseil d’administration de Roche cite quatre autres défis essentiels pour son groupe. Une meilleure compréhension de la genèse des maladies, des exigences toujours plus élevées en matière d’innovation, notamment dans le domaine clé qu’est l’oncologie, l’accès aux médicaments onéreux pour le plus grand nombre – ce qui implique, selon lui, de nouveaux modèles de facturation – et l’adaptation du cadre réglementaire. En fait, a-t-il conclu, «le dialogue entre toutes les parties prenantes est la clé pour favoriser l’innovation».

Anne Gaudard, rédactrice, BCV

 

Voir aussi l'interview du professeur Bernard Sablonnière, directeur de l’Ecole Doctorale Biologie et Santé de l’Université de Lille: «La bosse des maths n’existe pas»

Consulter la vidéo complète de l'intervention de M. Sablonnière lors de l'événement Conjoncture et Perspectives: Le cerveau du futur: ménager, entraîner et réparer

Consulter également la vidéo complète des perspectives présentées par M. Martins Da Silva lors de l'événement Conjoncture et Perspectives: Situation économique et perspectives

Ces articles pourraient vous intéresser

«La bosse des maths n’existe pas»

Le cerveau livre peu à peu ses mystères. Cet organe qui contient notamment 160 000 km de câbles et qui adore le sucre mérite une attention toute particulière. Les explications du professeur Bernard Sablonnière. Suite

«L’innovation, c’est la substance pour guérir la maladie des marges»

La journée de l’Industrie a permis d’insister sur le rôle de l’innovation pour la conservation d’un site industriel suisse. Quelques messages-clés ont été rappelé pour maintenir une dynamique innovante dans une entrepris... Suite

Scale-Up Vaud, un label attendu

Le label Scale-Up Vaud permet d’identifier les start-up en croissance et facilite ainsi leur recherche de fonds. Explications. Suite