BNS1

La politique monétaire de la BNS ne devrait pas changer ces douze prochains mois.

  • 125
Votre argent21 juin 2017

La BNS continuera de surveiller l'évolution du franc

Depuis la crise financière de 2008, les banques centrales sont intervenues massivement pour soutenir l’activité économique. En plus des traditionnelles baisses de taux d’intervention, elles ont graduellement mis en œuvre des mesures de relance quantitative en achetant des obligations pour faire baisser les coûts de financement ou, comme la Banque nationale suisse (BNS) le fait depuis 2015, en intervenant sur le marché des changes pour éviter une trop forte hausse du franc.

Huit ans après la pire récession de l’après-guerre, force est de constater que les banques centrales continuent de soutenir l’activité en maintenant des politiques monétaires très accommodantes. Seule la Réserve fédérale américaine a commencé à normaliser très lentement la sienne pour s’adapter à un marché du travail en situation de quasi-plein-emploi.

Sur le Vieux Continent, malgré une croissance économique très convaincante, on en est loin. La Banque centrale européenne (BCE) continuera ainsi de maintenir ses taux d’intervention au plancher cette année et d’acheter des obligations sur le marché en dépit d’une croissance du PIB proche de 2%, d’un repli graduel du chômage et de progressions régulières des volumes de crédit. Et ce parce que l’inflation reste faible.

Face à la politique monétaire très stimulante de la BCE, la BNS n’aura d’autre choix que le statu quo, à savoir le maintien des taux d’intervention en territoire négatif et la poursuite d’interventions, si nécessaire, sur le marché des changes. Et même si la croissance de notre pays va probablement rester rassurante ces prochains mois, le chômage continuer de refluer, les exportations se gonfler et les investissements se renforcer, la politique monétaire de la BNS ne devrait pas changer ces douze prochains mois. Profitons de cette embellie économique et de ces coûts de financement encore bas.

Publié sur le site 24 Heures le 21 juin 2017

Ces articles pourraient vous intéresser

Le franc restera fort tant que la crise durera

La Banque nationale suisse intervient pour éviter que le franc s’apprécie trop. Mais sa marge de manœuvre se réduit. Suite

Il y a dix ans, la crise financière éclatait!

La crise s’est rapidement transformée en un brutal ralentissement économique, ne laissant que quelques pays occidentaux à l’abri de la récession. Suite

Dépendance aux banques centrales

Depuis la crise financière de 2008, le monde a vécu «aux crochets» des banques centrales, comptant sur leurs interventions pour «sauver les banques» et pour soutenir l’activité. Suite