Une étape importante pour Euronext dans sa course à la taille critique.

  • 88
Marchés04 mai 2021

L’Europe boursière se développe

Jeudi dernier, Euronext officialisait le rachat de l’opérateur de la Bourse de Milan, Borsa Italiana, pour un montant de 4,3 milliards d’euros, au London Stock Exchange (LSE). La Commission européenne avait déjà donné son feu vert pour cette opération en février dernier.

Euronext annonçait par la même occasion le lancement d’une augmentation de capital de 1,8 milliard d’euros, afin de financer une partie de cette acquisition. Techniquement parlant, l’opérateur boursier va proposer 30,5 millions d’actions au prix unitaire de 59,65 euros, basé sur un ratio de deux actions offertes pour cinq actions détenues.

Pour rappel, Euronext est la principale place boursière de la zone euro, avec plus de 1 450 émetteurs, correspondant à une capitalisation boursière globale de 4 500 milliards d’euros.

Une consolidation mouvementée

Elle est issue d’une fusion, datant de l’an 2000, des places financières de Paris, Bruxelles et Amsterdam. En 2002, les bourses de Lisbonne et Porto rejoignaient le groupe. En 2007, elle fusionnait avec le New York Stock Exchange, devenant ainsi le premier opérateur boursier mondial, le NYSE Euronext, pour s’en détacher en 2014 et devenir une compagnie cotée indépendante. En 2017, elle rachetait la Bourse de Dublin et en 2019, celle d’Oslo.

Une chambre de compensation dans le deal

L’un des objectifs de ce rachat s’explique par le fait qu’Euronext pourra compter sur une chambre de compensation (clearing house) permettant aux institutions financières de sécuriser leurs transactions. Il s’agit d’un mécanisme servant d’intermédiaire entre l’acheteur et le vendeur. Si une faillite d’une des parties se produit, la «clearing house» prendra les diverses responsabilités initialement dévolues à cette contrepartie. Un autre objectif est de créer le leader européen des marchés primaires (introduction en bourse) et secondaires, tant sur le périmètre des actions que sur celui des obligations.

Notation révisée à la baisse

La migration des marchés de Borsa italiana vers la plateforme de trading Optiq est également l’un des axes prioritaires. Cette dernière avait été lancée en 2018 par Euronext. Stéphane Boujnah, CEO d’Euronext, a également déclaré qu’«avec la finalisation de l'acquisition du groupe Borsa Italiana, Euronext concrétise son ambition de construire la première infrastructure de marché paneuropéenne, reliant les économies locales aux marchés de capitaux mondiaux.» Il estime que les clients de son groupe bénéficieront «de la taille plus importante du nouveau groupe, de sa diversification et de sa capacité d'adaptation.»

À la suite de l’annonce de la finalisation de ce rachat, l’agence de notation S&P a toutefois abaissé le rating d’Euronext de «A-» à «BBB», estimant que la situation du groupe s’était fortement dégradée et qu’il existait dorénavant un risque financier accru.

Ces articles pourraient vous intéresser

Naissance probable d’un géant de l’automobile

La fusion Fiat Chrysler Automobiles et PSA Peugeot Citroën donnerait naissance au quatrième plus grand constructeur automobile au monde, avec des ventes d’environ 170 milliards d’euros. Suite

OPA de SIX Group sur Bolsas y Mercados Españoles

L’OPA amicale de SIX Group sur BME, pour 2,84 milliards d’euros, a reçu l’aval des autorités de la concurrence. La nouvelle entité serait le numéro trois européen. Suite

Septembre serait-il le pire mois boursier de l’année?

Septembre est en moyenne le pire mois boursier de l’année, si l’on analyse tous les rendements mensuels des actions américaines depuis 1950. Suite