L'industrie du cannabis nord-américaine peine à réaliser les chiffres d'affaires prévus.

  • 286
Marchés29 octobre 2019

Le cannabis ne produit pas les recettes escomptées

Un an après la légalisation du cannabis à usage récréatif, les résultats financiers sont décevants.

Le 17 octobre 2018, le Canada légalisait le cannabis à usage récréatif. Après l’Uruguay et plusieurs États américains, il est devenu le premier pays du G20 à légaliser la substance au niveau fédéral. En anticipant cette échéance, l’année 2018 a vu une énorme euphorie s’emparer du secteur, poussant les cours de bourse des actions des producteurs de cannabis à des sommets. En 2019, une soif d’expansion s’est emparée des principaux producteurs de cannabis. Canopy Growth, Aurora et Aphria notamment, ont investi dans des sociétés aux Etats-Unis dans l’attente d’une légalisation à venir. Les fusions et acquisitions se sont multipliées, surpassant celles de 2018. Pas moins de 635 transactions ont été réalisées cette année pour un montant total de $ 13 mia, entamant fortement les fonds des sociétés.

Des activités toujours pas rentables

Depuis ce printemps, l’industrie du cannabis nord-américaine subit une dégringolade boursière continue. L’indice Global Cannabis Competitive Peers a perdu 56% depuis le plus haut d’avril de 237 points, et 65% depuis le sommet atteint le 16 octobre 2018 à 298 points. La raison tient aux premiers résultats financiers décevants. Les ventes de produits n’ont pas été à la hauteur des attentes des investisseurs et les revenus de la plupart des entreprises revus à la baisse. Un an après la légalisation, les activités de la plupart des entreprises ne sont toujours pas rentables.

Le pionnier de l’industrie, Canopy Growth, annonçait ce printemps clôturer l’exercice 2018-19 sur une perte de CAD 670 mio. Constellation Brands, le propriétaire de la bière Corona aux États-Unis, a déprécié à $ 1.3 mia un investissement initial de $ 4 mia. Du coup, le patron et fondateur de Canopy, Bruce Linton, a été prié de faire ses valises. Le canadien Hexo chutait de 23% le 10 octobre après avoir averti que ses ventes au T4 seraient 40% plus basses que prévu. Il a également retiré ses prévisions pour l’année 2020 qui prévoyaient $ 400 mio de chiffre d’affaires. Le secteur a aussi été ébranlé par l’annulation du rachat de PharmaCaan par Medmen, pour ce qui était attendu comme la plus grosse fusion depuis la légalisation du cannabis.

Au niveau des causes de ces mauvaises performances, on peut avancer des ouvertures de boutiques de cannabis moins rapides que prévu, des signes de pression sur les prix, ce qui pourrait devenir problématique pour la branche, ainsi que le retard dans l’approbation de la vente de produits dérivés du cannabis causé par la lenteur des procédures dans l’accord des licences. Les récents décès suspects aux États-Unis liés au vapotage de liquides au THC, produit contenu dans le cannabis, participent également à la faiblesse du secteur.

Actuellement, depuis le bas à 99 points atteint le 10 octobre, l’indice Global Cannabis Competitive Peers est remonté brièvement à 109 et cote 102.43 en clôture du 28 octobre.

 

Publié dans le commentaire hebdomadaire "Matinale Express - Actions" de la salle des marchés de la BCV, le 29 octobre 2019

Par Alain Sala, Négociateur en actions et dérivés, BCV

Ces articles pourraient vous intéresser

Cannabis: la ruée vers l'or vert

Le marché mondial du cannabis pourrait peser entre 100 et 200 milliards de dollars par an. Suite

PIB vaudois: la conjoncture poursuit son amélioration

Les perspectives restent favorables pour l'économie du canton. Le produit intérieur brut (PIB) vaudois devrait progresser de 1,6% en 2017 et 2% en 2018 selon les prévisions du CREA publiées par la BCV, l'Etat de Vaud et... Suite

Les actions ont encore du potentiel

Le cycle haussier des actions, entamé depuis mars 2009, est le deuxième plus long observé depuis 1945 et rien ne laisse présager un retournement pérenne de tendance. Suite