Informaticien1

Les offres d’emplois dans le domaine informatique ont progressé de près de 74% sur un an en Suisse.

  • 141
Marchés12 mars 2018

Recherche informaticiens désespérément

Les offres d’emplois dans le domaine informatique ont progressé de près de 74% sur un an à l’échelle nationale, selon l’indice trimestriel Swiss Job Market Index publié par Adecco. À l’agence de recrutement Michael Page, le secteur tire clairement la croissance des offres avec une hausse annuelle de 55%, portée par la cybersécurité.

Tous touchés par la cybercriminalité

Selon un sondage de l’institut Gfs, les grandes entreprises ne sont pas les seules à être touchées par la cybercriminalité. Sur 300 PME suisses sondées, 36% ont été affectées par des malwares (virus ou chevaux de Troie) et 4% ont déjà fait l’objet d’extorsions ou de chantage. En extrapolant à l’ensemble des PME suisses, 23 000 ont fait l’objet de chantage et 209 000 ont été affectées par des malwares.

Les entreprises ont réagi: entre janvier 2017 et janvier 2018, la demande pour des experts en sécurité informatique a ainsi doublé.

Pas facile de recruter des talents

La demande excède l’offre pour les spécialistes ayant une expertise spécifique dans la banque, l’assurance, la santé ou le secteur industriel.

Les profils, exigeant des compétences de pointe, liés à l’internet des objets, à l’intelligence artificielle ou encore à la blockchain, sont convoités.

Cependant, les entreprises peinent à trouver les compétences souhaitées, au point qu’elles s’adressent maintenant directement aux écoles et essaient de recruter les nouveaux talents du secteur avant même l’obtention de leur diplôme.

«La pénurie est constatée dans les secteurs nouveaux. Tous les professionnels ne sont pas formés aux technologies utilisées par les entreprises» témoigne un enseignant de la Haute école d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD). «Il n’existe pas encore de formation dans le domaine récent de l’intelligence artificielle, par exemple, mais le pays s’adapte», tempère Avril Whitworth d’Experis, entité de Manpower dédiée aux métiers de l’informatique.

En effet, le nombre de diplômés a doublé depuis 2014. En décembre dernier, l’EPFL a annoncé la création du Center for Digital Trust et s’est associée à plusieurs grandes entreprises. Deux chaires d’enseignement et de recherche dans la cybersécurité ont par ailleurs été créées, s’ajoutant aux 24 laboratoires de diverses facultés travaillant déjà en lien avec ce domaine.

Des professeurs hautement qualifiés à l’EPFL

L’EPFL a rappelé qu’«elle a investi depuis plus de dix ans dans la recherche en cybersécurité, avec une vingtaine de professeurs hautement qualifiés en cryptographie, en fintech, en médecine personnalisée ou en protection de la sphère privée». Pour son directeur, «il faut accélérer les investissements dans la cybersécurité et améliorer encore les échanges avec les entreprises. La Suisse a véritablement une carte à jouer pour créer des standards et une base pour la confiance numérique». Tous les éléments à la formation de la relève semblent donc se mettre en place.

Publié dans le commentaire hebdomadaire "Matinale Express - Actions étrangères" de la salle des marchés de la BCV le 12 mars 2018

Par Alain Sala, Négociateur en actions et dérivés, BCV

Ces articles pourraient vous intéresser

"L'homme est le maillon faible des problèmes de cybercriminalité" 

Dans la cybersécurité, la distance entre le voleur et le gendarme est-elle la même que dans la rue? Quelles sont les mesures à prendre pour les entreprises? Le point avec Olivier Crochat, du Center for Digital Trust de l... Suite

Sécurité informatique: gare aux e-mails piégés

En matière de sécurité informatique, la messagerie électronique est un vecteur très souvent utilisé. Les processus d’attaque, via e-mail, peuvent présenter diverses variantes. Suite

Cybersécurité: comment se protéger? (vidéo)

Gérer ses comptes en ligne suppose quelques réflexes simples pour se protéger des pirates informatiques. Les conseils de Fabien Mooser dans "VOTRE ARGENT", sur La Télé. Suite