USA robot voiture

L’embellie conjoncturelle profite tant aux ménages qu’aux industriels.

  • 95
Marchés10 octobre 2018

Le boom économique américain se fait à crédit

Depuis plusieurs mois, les États-Unis occupent le devant de la scène. Leur président donne le la en vitupérant, à bon escient, lorsqu’il tente de tempérer la montée en puissance de la Chine et parfois à tout-va, quand il s’en prend à ses plus proches partenaires, le Canada ou la zone euro.

Au-delà de ces gesticulations, les résultats de l’économie américaine sont impressionnants. Grâce aux mesures de relance fiscale, la rentabilité des entreprises a été boostée, permettant à la bourse de battre de nouveaux records. Dans le sillage des plans de relance budgétaire, la croissance se renforce, ce qui devrait se traduire par une accélération de la progression du PIB cette année, alors que tant la croissance chinoise que celle du Vieux Continent seront moins rythmées.

L’embellie conjoncturelle profite tant aux ménages qu’aux industriels, mais elle n’est pas sans inconvénients. Le marché de l’emploi commence à être serré (taux de chômage au plus bas depuis 49 ans, difficultés croissantes à trouver des employés qualifiés…) et les salaires augmentent. Les taux d’utilisation des capacités de production, qui grimpent, peuvent entraîner des progressions plus vives  des coûts de production et des prix de vente.

En deux mots, l’inflation est bien plus présente, proche de l’objectif à long terme de la Réserve fédérale américaine. Celle-ci n’aura d’autre alternative que de poursuivre ses hausses graduelles des taux courts, ces prochains trimestres.

C’est l’an prochain que l’on commencera à sentir les effets modérateurs de coûts de financement plus élevés et que l’on se posera des questions sur la santé des finances publiques américaines. En effet, les plans de relance budgétaires et fiscaux ont été financés à crédit, en creusant le déficit budgétaire des États-Unis. Pas grave tant que la croissance suit... Plus compliqué quand elle pâlira.

Publié sur le site 24 Heures le 10 octbre 2018

Ces articles pourraient vous intéresser

Pas de trace d’exubérance sur les marchés des actions

Dix ans après la faillite de Lehman Brothers, l’optimisme des bourses suscite un certain scepticisme. Pourtant sur la base des résultats des sociétés américaines et européennes, les marchés ne sont pas survalorisés. Suite

Banques centrales à la manœuvre, enfin certaines

La Fed a graduellement relevé ses taux d’intervention depuis fin 2015. La BCE joue la montre, ce qui force la BNS à laisser ses taux d’intervention en territoire négatif. Suite

Paroles, paroles, paroles… et des actes?

Le premier discours officiel de Donald Trump, mardi dernier devant le Congrès, était très attendu. Il n’a pas déçu. Suite