Télécom

Face à la révolution internet et à une compétition de plus en plus féroce, les sociétés des secteurs des télécoms et des médias doivent se réinventer.

  • 67
Marchés20 juin 2018

La grande mutation des télécoms

La semaine dernière une mégafusion dans les médias faisait les gros titres. AT&T, opérateur historique de la téléphonie aux États-Unis a été autorisé à racheter Time Warner, troisième groupe mondial de production télévisuelle, cinématographique et de divertissement. Ce rachat devrait ouvrir la voie à d’autres opérations entre distributeurs et producteurs de contenus. Disney et Comcast sont actuellement sur les rangs pour s’emparer des actifs de 21st Century Fox.

Face à la révolution internet et à une compétition de plus en plus féroce, les sociétés des secteurs des télécoms et des médias ont vu leurs marges bénéficiaires nettement s’éroder et ils doivent se réinventer. Ils visent des acquisitions afin de profiter de nouveaux modes de consommation (streaming, vidéo à la demande…).

Sur les marchés, le secteur des télécoms, dont le modèle d’affaires est fortement remis en question, est le grand perdant du dernier rally boursier. Tant en Europe qu’aux États-Unis, il affiche une contre-performance de près de 30% sur trois ans par rapport au marché. Ses caractéristiques défensives l’ont également pénalisé dans un contexte de reprise économique. Mais le destin de ce secteur, devenu presque anecdotique en matière de capitalisation boursière, pourrait être chamboulé par une nouvelle classification au sein des indices en septembre prochain. En effet, il sera remplacé par un nouveau secteur Communication qui comprendra non seulement les opérateurs téléphoniques, mais aussi les groupes de médias (Comcast) et diffuseurs de contenus (Netflix) ainsi que les sociétés technologiques actives dans les réseaux sociaux (Alphabet/Google, Facebook). Avec une capitalisation boursière de 10% au sein du marché américain, le secteur Communication deviendra incontournable pour les investisseurs et ne devrait plus être le laissé-pour-compte de futurs rallys boursiers.

Publié sur le site 24 Heures le 20 juin 2018

Ces articles pourraient vous intéresser

Semestre record pour les fusions-acquisitions

Portées par un environnement économique favorable et la réforme fiscale américaine, ces opérations ont atteint à l'échelle mondiale le niveau record de 2500 milliards de dollars sur les six premiers mois de l’année. Suite

Les réseaux sociaux quittent la technologie au sein du S&P 500

Du fait de ce changement, le secteur technologique se trouve réduit au sein de l'indice boursier américain, passant de 26% à 21%. Suite

Actions: pas de rotation sectorielle en vue

Le manque de tensions inflationnistes plaide toutefois pour une poursuite du statu quo, au moins jusqu’à la fin de l’année. Suite