Draghi1

Le moment viendra bientôt pour Mario Draghi, président de la BCE, d’édulcorer un discours encore très optimiste.

  • 120
Marchés17 janvier 2018

BCE: changement de tonalité en perspective

Si l’on en croit les derniers sondages conjoncturels, la croissance économique mondiale va solidement progresser. Et ce ne sera pas uniquement l’apanage des marchés émergents ou des États-Unis. La Suisse et la zone euro vont participer à la fête.

Chez nos voisins européens, tous les indicateurs sont au vert. Les indices des directeurs d’achats flirtent avec des plus hauts depuis vingt ans. La progression de l’activité industrielle reste dynamique et les taux d’utilisation des capacités de production grimpent. Cet environnement réjouissant se traduit aussi par une progression des investissements et des volumes de crédit, ces derniers également encouragés par des coûts de financement très bas.

Cerises sur le gâteau, les incertitudes politiques se sont atténuées et la confiance des ménages augmente, dopée par la très bonne tenue du marché du travail (chômage au plus bas depuis juin 2013) et par des hausses salariales à faire pâlir d’envie les ménages suisses.

La Banque centrale européenne (BCE) a donc tout pour se réjouir. Ses mesures de relance, taux d’intervention au plancher depuis mars 2016 et achats de dette sur le marché, ont pleinement porté leurs fruits. Avec une croissance économique aussi tonique (produit intérieur brut +2,8% au troisième trimestre 2017), le moment viendra bientôt pour Mario Draghi, président de la BCE, d’édulcorer un discours encore très optimiste quand bien même l’inflation reste inférieure au niveau d’alerte fixé par la banque centrale.

Ce sera le grand oral de ces prochaines semaines: Mario Draghi devra préparer les marchés à une fin annoncée des injections de liquidités dans la zone euro et rassurer les investisseurs que ce changement de politique monétaire ne sera que très graduel et encore éloigné dans le temps. Un bel exercice de rhétorique en perspective.

Publié sur le site 24 Heures le 17 janvier 2018

Ces articles pourraient vous intéresser

Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne

Le 31 octobre 2019 marque la fin du mandat de Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne. De nouveaux défis pour l''institution. Suite

Les banques centrales vous saluent

Les taux négatifs caractériseront la politique monétaire de la Banque nationale suisse pour un certain temps encore. Suite

Septembre serait-il le pire mois boursier de l’année?

Septembre est en moyenne le pire mois boursier de l’année, si l’on analyse tous les rendements mensuels des actions américaines depuis 1950. Suite