Un troisième trimestre plutôt fade pour le S&P 500

Le mois de septembre a été délicat en raison des préoccupations des investisseurs.

  • 94
Marchés05 octobre 2021

Un troisième trimestre plutôt fade pour le S&P 500

Avec une maigre progression de 0,23% au troisième trimestre 2021, le S&P 500 s’en tire plutôt bien par rapport aux autres grands indices internationaux. Le secteur financier s’est distingué, alors que les chaînes de magasins ont souffert.

Au troisième trimestre 2021, le S&P 500 est parvenu à grappiller 0,23%, ou 9 petits points, pour clôturer à 4 307 points. L’indice a battu des records sur la période, avec un pic à 4 545 points le 2 septembre. Depuis ce sommet, il a concédé 5%.

Un mois de septembre délicat pour le S&P 500

Le mois de septembre fut délicat, les investisseurs étant préoccupés par les tergiversations du Congrès américain, par des résultats d’entreprises décevants et par l’accélération des taux d’intérêt. Le taux d’emprunt à 10 ans américain a en effet grimpé jusqu’à 1,56%, son plus haut niveau depuis mi-juin, pénalisant surtout les sociétés technologiques, très gourmandes en financements. Les craintes à l’égard de la croissance économique mondiale et la résurgence du variant Delta du coronavirus ont aussi pesé sur la tendance. Le relèvement du plafond de la dette et le risque d’un «shutdown» du gouvernement aux États-Unis ont par ailleurs accentué la nervosité des investisseurs. Si la Réserve fédérale (Fed) a maintenu ses taux d’intérêt inchangés le mois dernier, une réduction des achats d’actifs pourrait intervenir dès novembre et jusqu’à mi-2022.

Le secteur financier parmi les bons élèves…

Le secteur financier (+2,29%), les services à la communication (+1,40%) et les valeurs technologiques (+2%) ont surperformé sur la période, alors que l’industrie (-4,55%), les matériaux de base (-3,94%) et l’énergie (-2,82%) ont sous-performé. En ce qui concerne les sociétés, le laboratoire Moderna s’est envolé de 63% grâce à son vaccin contre le COVID-19. Le spécialiste du paiement en ligne Paycom Software a bénéficié de la forte croissance de la demande pour ses services (+36%). L’entreprise chimique Albemarle a bondi de 30%, alors que le prix du lithium utilisé dans les batteries rechargeables explose, dans un contexte d'accélération des ventes de voitures électriques.

…les chaînes de magasins parmi les mauvais

En bas du classement, la chaîne de magasins de prêt-à-porter Gap a dû fermer de nombreuses enseignes (-32%). Les exploitants de casinos Wynn Resorts et Las Vegas Sands ont été pénalisés (-30%) par les craintes d’un durcissement de la réglementation du secteur à Macao. Le géant de la livraison de colis FedEx a certes dégagé des résultats records, mais le titre a été freiné par les coûts occasionnés par la forte accélération de la demande (-26%). Les titres de croissance (+1,69%) ont surperformé ceux de substance (-1,39%). Et, concernant les capitalisations, les grandes (+0,23%) se sont mieux comportées que les moyennes (-2,06%) et les petites (-3,14%).

Le S&P 500 s’en sort plutôt bien par rapport à ses concurrents

En dollars et à titre de comparaison, l’Euro Stoxx 50 a baissé de 2,74% sur la période, le DAX a lâché 4,05%, le Footsie 100 a reculé de 1,78%, le CAC 40 a cédé 2,16% et le SMI a abandonné 3,41%. En Asie, et toujours en dollars, le Nikkei a progressé de 1,97%, mais Hong Kong a chuté de 14,96% et Shanghai a reculé de 6,67%. La bourse du Brésil s’est effondrée de 19,73%, alors que la situation politique actuelle provoque de nombreuses incertitudes sur le marché, à un an des élections présidentielles.

 Publié dans le commentaire hebdomadaire "Matinale Express - Actions" de la salle des marchés de la BCV, le 5 octobre 2021

Ces articles pourraient vous intéresser

Les introductions en bourse à mi-année

Au premier semestre 2021, les introductions en bourse ont connu une forte progression en nombre et en montants émis. Suite

"Un optimisme potentiellement exagéré"

Le directeur de la Politique d'investissement, Fernando Martins da Silva, fait le point sur la crise liée au coronavirus dans Finanz und Wirtschaft Suite

Jeff Bezos, patron d'Amazon, l'homme le plus riche du monde

Jeff Bezos est à la tête d’une fortune de 90,6 milliards de dollars, selon le classement du magazine Forbes. Suite