Un éléphant ça trompe énormément

Le parti républicain est traditionnellement plus connoté 'pro-business'.

  • 108
Votre argent20 juillet 2016

Un éléphant, ça trompe énormément

Aux Etats-Unis, républicains et démocrates sont connus pour leurs positions souvent opposées en matière économique, mais l'élection américaine de 2016 pourrait réserver des surprises.

Les Américains éliront leur président le 8 novembre prochain, un duel qui opposera Hillary Clinton à Donald Trump. Une victoire républicaine est généralement perçue comme plus favorable aux actions, car le parti qui a pour symbole l’éléphant est plus proche des milieux économiques, avec moins d’Etat et plus de libertés. Le milliardaire propose d’ailleurs d’alléger la fiscalité pour les entreprises et les ménages, des éléments de soutien à la conjoncture. Cependant, l’analyse des cycles présidentiels tend plutôt à démontrer le contraire: depuis 1945, Wall Street a progressé en moyenne de 9,7% par an sous une présidence démocrate, contre 6,7% sous un règne républicain.

Les positions bien marquées de chaque candidat pourraient cette fois bousculer certaines idées préconçues sur le plan sectoriel. Le pétrole, la défense et l’industrie pharmaceutique sont généralement des thèmes chers aux républicains; les démocrates soutiennent plus les nouvelles énergies, les infrastructures, les hôpitaux et les réseaux de santé. Or la défense pourrait profiter davantage de l’attitude plus guerrière d’Hillary Clinton en matière de politique étrangère que de l’isolationnisme prôné par Donald Trump. Un retour au protectionnisme devrait aussi pénaliser les multinationales et les sociétés plus exposées aux importations, comme la distribution. Les laboratoires pharmaceutiques et les établissements financiers paraissent les moins bien lotis, critiqués sévèrement tant l’un que l’autre. Cette campagne des primaires 2016 a été pleine de surprises, les tendances sectorielles pourraient l’être aussi.

 

Publié le 24 mai 2016 dans 24Heures – mis à jour le 20 juillet 2016

Ces articles pourraient vous intéresser

«Shutdown»: Trump met l’administration américaine dos au mur

Le «shutdown» c’est plus de 800 000 fonctionnaires au chômage technique et une perte de croissance au premier trimestre. Suite

Ce n'est pas le raz-de-marée espéré pour les démocrates

Le scénario d’un partage du pouvoir à Washington n’est pas forcément mauvais pour l’économie américaine qui subira moins d’entraves que prévu. Suite

Bourses: 2018, année profondément négative

Après une année 2018 profondément négative, le début de 2019 s’annonce irrégulier. Les incertitudes sont nombreuses, entre autres les tensions sino-américaines ou le Brexit. Suite