PIB-2018 1

La reprise devrait reposer sur une large assise. Des impulsions sont attendues aussi bien en provenance du secteur secondaire que du tertiaire.

  • 131
Dans le canton25 mai 2018

PIB romand: redémarrage de la croissance

L’économie romande semble en passe de se remettre du choc de l’abandon, en janvier 2015, par la Banque nationale suisse du cours plancher de l’euro par rapport au franc. Après s’être inscrite à 0,9% l’an dernier, la croissance de l’économie romande devrait remonter à 2,3% cette année. L’an prochain, elle devrait se maintenir à un rythme relativement élevé, 1,9%, selon les dernières prévisions de croissance du PIB romand publiées par les six banques cantonales romandes, en collaboration avec l’Institut CREA et le Forum des 100 du quotidien Le Temps.

Comme l’économie suisse, la Suisse romande bénéficie de la remontée du cours de l’euro par rapport au franc et de l’embellie conjoncturelle sur le plan mondial. L’an dernier a marqué un tournant. Si le franc s’était déjà un peu déprécié depuis janvier 2015, le mouvement s’est accéléré à partir de l’été. Ainsi, depuis début 2017, le franc a perdu environ 10% de sa valeur par rapport à l’euro. Sur le plan international, la croissance mondiale s’est approchée de la barre des 4% en 2017, un niveau qu’elle n’avait plus connu depuis l’énergique rebond qui avait suivi la récession de 2009. Fait réjouissant: cette croissance est bien répartie, elle est portée aussi bien par les économies émergentes que par les pays industrialisés. De plus, l’économie mondiale devrait maintenir son allure cette année et l’an prochain.

Cet environnement conjoncturel favorable permet aux prévisions du CREA pour la Suisse romande, publiées dans la 11e étude sur le produit intérieur brut (PIB) romand,de s’inscrire clairement au-dessus de la barre de 1%, autour de laquelle la croissance romande avait oscillé entre 2015 et 2017, et ce aussi bien pour 2018 que pour 2019.

 

Soutien des activités manufacturières

 

En 2017, le rythme de croissance un peu timide de 0,9% s’expliquait notamment par un premier semestre morose dans le secteur tertiaire, qu’un rebond dans les services financiers et l’hôtellerie-restauration n’était pas parvenu à compenser. À l’inverse, la conjoncture romande a été soutenue par les activités manufacturières, en particulier la chimie-pharma, l’industrie des machines et l’horlogerie, qui ont bénéficié de l’amélioration du contexte conjoncturel mondial et de la remontée du cours de l’euro.

En 2018 et 2019, la reprise devrait reposer sur une large assise et des impulsions sont attendues aussi bien en provenance du secteur secondaire que du secteur tertiaire. Les activités manufacturières devraient poursuivre sur leur lancée, grâce à un environnement conjoncturel favorable. Dans la construction, toutefois, la dynamique reste modérée par rapport aux années précédentes. En ce qui concerne les activités de services, le commerce, les services aux entreprises et les activités immobilières, les services publics et parapublics, les services financiers ainsi que les transports et communications et l’hôtellerie-restauration devraient alimenter la croissance.

Une certaine prudence reste cependant de mise, de multiples facteurs de risque étant toujours présents. Il s’agit notamment des incertitudes concernant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, des foyers de tensions géopolitiques, de la normalisation de la politique monétaire aux États-Unis et de celle à venir dans la zone euro ainsi que du risque de guerre commerciale. Un retour de l’incertitude pourrait peser sur la croissance mondiale ou exercer une pression haussière sur le franc.

 

Un indicateur économique essentiel

 

Le PIB est la mesure de la performance économique d’un pays ou d’un territoire la plus utilisée. Cet indicateur essentiel permet d’analyser l’évolution dans le temps et d’effectuer des comparaisons entre régions. Il fait aussi l’objet de prévisions permettant aux responsables de l'économie privée et aux décideurs politiques de mieux préparer leurs décisions et piloter leurs projets.

La Confédération diffuse des données sur le PIB suisse, ainsi que des estimations des PIB cantonaux couvrant les années 2008 à 2015. Et ce, alors que les banques cantonales romandes publient depuis 2008, en collaboration avec le Forum des 100, un PIB romand comportant des données historiques et des prévisions pour l’année en cours et la suivante. Les calculs sont effectués par l’Institut CREA d’économie appliquée de la Faculté des HEC de l’Université de Lausanne, selon une méthode transparente.

Ces articles pourraient vous intéresser

La reprise continue en Suisse romande

155,4 milliards de francs: c’est le montant du PIB romand en 2016. Une croissance de 1,5% en 2017 et de 1,9% en 2018 est attendue, si l’environnement mondial est favorable. Suite

PIB romand: rebond de la croissance en 2016

Malgré un repli de la croissance en 2015, l’économie romande a bien résisté à l’abandon du cours plancher de l’euro-franc. Une augmentation du PIB romand de 1,4% est prévue en 2016, même si une certaine prudence reste de... Suite

2018, l'année qui a vu le e-commerce s'imposer

Vaud, Neuchâtel et le Jura sont les cantons les plus touchés par la transformation du commerce de détail, selon une étude publiée en marge du PIB romand. Suite