Stan Wawrinka meilleur sportif suisse

Une victoire à Roland-Garros. Au moins quart de finaliste dans tous les Grands Chelems. 55 matches remportés. Numéro 4 ATP pour la deuxième année de suite… Vous avez dit ne pas vous attendre à une aussi belle année. Qu’est-ce qui vous a permis de réaliser ce parcours?

Je me suis dit surpris, car même si j’ai fini numéro quatre mondial la saison précédente, je ne peux pas me fixer en début d’année comme objectif de gagner Roland Garros ou d’accumuler 55 victoires. Ce que je peux faire en revanche pour mettre un maximum de chance de mon côté, c’est travailler intensément toute l’année, chercher continuellement à progresser. A mon niveau, progresser signifie avant tout soigner des détails pour parvenir à amener l’ensemble de mon jeu toujours plus haut. En fait, chaque tournoi est un défi, remporter un titre n’est pas la normalité pour moi, et c’est une des raisons pour laquelle j’ai réussi à gagner autant de rencontres. J’ai par ailleurs la chance d’avoir une superbe équipe autour de moi. Notamment Pierre Paganini, mon préparateur physique depuis plus de dix ans qui est comme un mentor, qui gère tout mon programme. Mon équipe est là pour me pousser, a les bons mots pour me faire avancer. Quels bons mots? Ça reste entre nous! En fait, nous travaillons beaucoup les éléments que l’on peut contrôler, c’est-à-dire les entraînements, afin de se donner un maximum de chances sur le court, là où on a moins de contrôle. Après, si j’ai tout donné, si j’ai tout essayé, mais que je sors au premier tour, ce n’est pas grave. On continue. Nous nous en tenons à ce que nous avons décidé dans le programme. C’est aussi une force.

stantheman

Si 2015 a été exceptionnelle, 2016 sera olympique…

Je sais que je suis capable de gagner de gros tournois, de battre les meilleurs joueurs, mais en début d’année, encore une fois, j’espère tout simplement pouvoir le faire. Ceci dit, les JO sont forcément un objectif, mais quand je dis objectif, cela signifie être au top de ma forme à Rio. Après on verra… Mon but plus globalement, c’est d’avoir de moins en moins de bas, de gommer les gros trous d’une saison, ces périodes sans victoire. Cette année, par exemple, j’y suis parvenu. J’essaie toujours d’avoir une vision à long terme, d’envisager une saison dans son entier. Ainsi, lors de bas, je ne panique pas.

Qu’allez-vous faire pendant les Fêtes?

Je vais partir travailler. J’ai repris la préparation foncière. Durant cette période, nous travaillons beaucoup. Nous avons un peu de temps, nous pouvons mettre les plus grosses charges de travail. Après, je repars pour l’Inde et l’Australie.

D'autres photos sur la page  Facebook BCV

Veuillez préalablement prendre connaissance des conditions d'utilisation du Site et du courrier électronique.
Les informations et/ou documents en lien avec des instruments ou services financiers au sens de la LSFin qui sont présentés sur ce site Internet constituent en principe un support publicitaire selon ladite loi.
© 2002-2022 Banque Cantonale Vaudoise, tous droits réservés.