Quelle que soit la raison de votre absence de salaire, vous devez verser vos cotisations à l’AVS.

  • 993
Votre argent28 janvier 2019

Cotisez à l’AVS, à tout prix!

Les cotisations AVS sont obligatoires, mais c'est à vous de respecter leur versement. Si vous ne cotisez pas, cela se comptabilisera en "années manquantes" et réduira votre rente à la retraite.

Vous êtes étudiant, vous arrêtez, même provisoirement, votre activité lucrative pour élever vos enfants, vous partez une année pour un tour du monde? Quelle que soit la raison de votre absence de salaire, vous devez verser vos cotisations à l’AVS, sous peine de péjorer votre future rente. Les cotisations à l’AVS ne vont cependant pas de soi. Elles sont obligatoires, mais c’est à vous de respecter leur versement en vous annonçant à la caisse de compensation AVS de votre canton de domicile.

Cinq ans sans cotiser équivalent à 270 francs en moins par mois

Les personnes sans activité lucrative doivent verser des cotisations dès le 1er janvier qui suit leur 20e anniversaire (le 17e pour les personnes exerçant une activité lucrative) et ce jusqu’à la retraite, soit 65 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes. Si vous commencez à cotiser plus tard ou si vous cessez de cotiser en arrêtant de travailler, vos aurez des «années manquantes», soit une lacune qui se traduit par une réduction de la rente de 2,27% (1/44) par année sans cotisation. En d’autres termes, une rente maximale de 2370 francs par mois (chiffre 2019) serait amputée de 53,80 francs par année manquante, soit quelque 270 francs pour une absence de 5 ans.

Le conjoint paie parfois pour deux

Vous n’avez toutefois pas à payer de cotisations si votre conjoint exerce une activité lucrative et verse au moins le double de la cotisation minimale (soit 2x482=964 francs par année dès 2019). S’il arrive à la retraite avant vous, en revanche, vous devrez recommencer à cotiser.

Le mieux est de vous renseigner auprès de votre caisse de compensation pour déterminer votre situation et pour éviter ainsi toute lacune, car, contrairement à la LPP, celles-ci ne peuvent être comblées que sur une période définie. Vous ne pouvez payer les cotisations arriérées que pour les périodes pendant lesquelles vous étiez assuré en Suisse et qui se sont produites au cours des cinq dernières années.

Publié dans 24 Heures le 28 janvier 2019

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment améliorer tardivement sa retraite?

Il n'est jamais trop tard pour essayer d'arrondir ses futures fins de mois, mais, dans l'idéal, il faudrait y penser plutôt à 50 ans qu'à 60 ans. Suite

Faut-il cotiser à un troisième pilier dès 18 ans?

A 18 ans, on ne pense pas encore à sa retraite, mais les jeunes devraient pourtant commencer dès que possible à cotiser au troisième pilier. Suite

Comment organiser sa retraite anticipée?

Vouloir cesser prématurément votre activité professionnelle est une étape importante qu’il faut préparer suffisamment à l’avance, dans l’idéal une dizaine d’années avant la date prévue. Suite