Le taux à 10 ans, qui évoluait à 1,77% en mars dernier, est descendu aujourd’hui aux alentours de 1,35%.

  • 111
Marchés13 juillet 2021

Les rendements des Treasuries américains dictent le comportement des investisseurs

Avec des rendements des bons du Trésor américain historiquement bas et sans impulsion attendue pour les faire changer de direction, les investisseurs sont à la recherche d’alternatives d’investissement.

Il y a encore quelques mois, l’idée que les rendements soient à un niveau aussi bas n’était même pas envisageable vu le dynamisme de la reprise de l’économie américaine. Pour rappel, le taux à 10 ans, qui évoluait à 1,77% en mars dernier, est descendu aujourd’hui aux alentours de 1,35%.

Effet domino des taux bas

Les rendements bas aux États-Unis sont une des conséquences d’une reprise économique à plusieurs vitesses dans un monde de plus en plus interconnecté. Cela signifie que même si la croissance de l’autre côté de l’Atlantique bat tous les records, ce qui devrait faire monter en flèche les rendements, l’afflux d’investissement venant de toutes les zones économiques ayant des taux ultra bas, voire négatifs, pousse les rendements américains à la baisse. Par ailleurs, de nombreux investisseurs ayant fait des paris haussiers sur les taux se voient aujourd’hui obligés de couvrir leurs positions, accentuant la baisse des taux américains.

Mouvement vers les actions à hauts dividendes

Lors de son dernier meeting, la banque centrale américaine (Fed) a fait savoir au marché que, pour l’heure, elle observait les chiffres économiques, se tenant prête à intervenir si la croissance continuait de ralentir. À la suite de ces commentaires, les investisseurs se sont tournés vers le marché des actions à la recherche de compagnies générant de hauts dividendes. La perspective de gain en capital, qui était jusqu’à aujourd’hui le «driver» principal des investisseurs, semble en effet s’atténuer avec la normalisation progressive de l’économie.

Obligations émergentes attractives

Du côté du marché obligataire, ce sont les obligations des marchés émergents qui seront gagnantes, car elles offrent des rendements plus élevés tout en étant aidées par des taux bas qui maintiennent des conditions de refinancement avantageuses. Une fois que les rendements obligataires dans ces marchés seront descendus en raison de la pression exercée par les acheteurs, les prochaines obligations qui bénéficieront du contexte actuel seront les obligations dites «High Yield».

Les analystes estiment, au vu des projections faites sur les futurs taux de référence de la Fed, que la situation actuelle devrait encore perdurer au moins jusqu’à la fin de l’année. Il faudra toutefois être vigilant lors d’une inversion des tendances, car les premières victimes seront exactement celles décrites ci-dessus, mais dans l’ordre inverse.

Ces articles pourraient vous intéresser

Capter des surplus de rendement sans risque de change

Les stratégies de Yield pick-up permettent d’investir dans des emprunts dans d’autres devises qui offrent des rendements supérieurs à des équivalents libellés en franc, avec une couverture monétaire. Suite

Don’t fight the Fed ! L’expression n’a jamais été aussi actuelle

La mission de la Fed est différente de celle qu’imaginent la plupart des investisseurs. Suite

Le marché obligataire passe en vigilance accrue

Les acteurs du marché obligataire ont les yeux rivés sur la trajectoire du rendement du bon du Trésor américain. Pourquoi? Suite