Les Cat Bonds permettent aux assurances de transférer les risques sur les marchés financiers.

  • 128
Marchés26 novembre 2019

Obligations catastrophe: lucratives, mais risquées

Les obligations catastrophe offrent une alternative intéressante aux emprunts classiques, qui délivrent des rendements extrêmement bas.

Plus communément appelées «Cat Bonds» ou «ILS (Insurance-Linked Securities)», les obligations dites catastrophe sont des emprunts obligataires souvent émis par une entité tierce telle que des institutions supranationales, comme la Banque mondiale, ou par des compagnies d’assurances.

Ces émissions permettent notamment aux assurances de réduire leur exposition et de transférer le risque sur les marchés financiers. Elles sont liées à des événements naturels exceptionnels tels que les ouragans, les tremblements de terre ou les raz-de-marée. Ces obligations ont été créées dans les années 1990 pour venir en aide aux assureurs et aux réassureurs, qui ne disposeraient pas des ressources financières suffisantes pour indemniser toutes les victimes si ces catastrophes venaient à se produire fréquemment.

Comment cela fonctionne-t-il?

Dans les obligations dites classiques, les coupons et les dividendes sont le résultat d’une formule mathématique.

Pour les obligations «Cat», l’investisseur se soumet au risque de perte totale. En effet, celui-ci pourrait perdre une partie de ses intérêts, voire tout son investissement initial, si l’événement naturel prédéfini se produit. Ces titres portent normalement sur une durée de trois à cinq ans.

Pourquoi investir dans une obligation «Cat»?

Pour beaucoup, il s’agit d’un véhicule de placement alternatif afin d’obtenir des rendements plus élevés que ceux délivrés par la dette publique européenne et américaine. Considérés par beaucoup comme séduisants, ces instruments possèdent un bon rendement/risque.

Les Philippines comptent parmi les pays les plus exposés aux catastrophes. L’archipel subit environ 19 typhons par année, sans compter le risque élevé d’éruptions volcaniques, de tremblements de terre et de tsunamis. La banque mondiale a annoncé hier, dans un communiqué de presse, avoir émis USD 225 milions dans deux nouvelles obligations pour une période de trois ans. La première de USD 150 millions contre les dommages causés par les cyclones tropicaux, et la seconde de USD 75 millions contre les dégâts causés par les séismes. Les deux émissions ont été émises à 100% avec des coupons flottants respectivement de 7,49350% et de 5,5% (source: Bloomberg).

À ce jour, le marché des obligations Cat s’élève à environ USD 36 milliards (source: Artemis). Considérés comme une nouvelle source de rendement, ces emprunts sont néanmoins souvent peu liquides étant donné leurs petites tailles d’émission et ils restent risqués (risque de perte totale du capital et des intérêts).

Publié dans le commentaire hebdomadaire "Matinale Express - Actions étrangères" de la salle des marchés de la BCV le 26 novembre 2019

Ivana Vuletic, négociateur obligations et taux, BCV

Ces articles pourraient vous intéresser

Des obligations? Pour quoi faire?

Il y a obligations et… obligations, tous les émetteurs n’ayant pas la même solidité financière ou n’émettant pas sur les mêmes maturités. Suite

Les obligations, ça sert à quoi?

Les obligations rapportent peu. Pourquoi en détenir en portefeuille? Suite

L'immobilier, un placement sans risque?

L'immobilier de rendement, peu liquide et gourmand en fonds, a ses singularités. Suite