L’immobilier suisse indirect a rebondi et ses fondamentaux sont sains, remarque Philippe Gabella, responsable de la gestion de l’immobilier indirect suisse à la BCV.

  • 533
Marchés27 mars 2019

Immobilier suisse indirect: un antidote aux taux bas

L’immobilier suisse indirect a connu un exercice 2018 décevant, pénalisé par une intense activité de titrisation et par la montée de l’aversion au risque en fin d’année. Est-ce le moment de se désengager de cette classe d’actifs? Non. L’immobilier suisse indirect a d’ailleurs rebondi et ses fondamentaux sont sains, remarque Philippe Gabella, responsable de la gestion de l’immobilier indirect suisse à la BCV. Il explique pourquoi, dans un environnement de taux bas, cette catégorie de placement a sa place dans un portefeuille diversifié et il passe en revue les challenges que doit relever cette classe d’actifs cette année.

  • 00:00 L'immobilier indirect a souffert en 2018. Est-ce la fin de son âge d'or?
  • 00:51 Comment expliquer le rebond de ce début d'année?
  • 01:38 Quels sont les défis pour l'immobilier indirect en 2019?

Cet article vous a intéressé: retrouvez plus d'informations financières ainsi que des conseils de placement et thématiques d'investissement dans votre plateforme BCV Conseil Plus

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment investir dans l’immobilier?

L'immobilier a la cote en cette période de taux bas. Investir dans cette classe d'actifs peut prendre plusieurs formes. Suite

L'immobilier, un placement sans risque?

L'immobilier de rendement, peu liquide et gourmand en fonds, a ses singularités. Suite

Le marché immobilier suisse reste déséquilibré

Les déséquilibres sur les marchés hypothécaire et immobilier en Suisse persistent, selon Fritz Zurbrügg, vice-président de la direction générale de la BNS, à la tribune des «Professionnels de l’immobilier». Suite