Christine Lagarde jugée "exceptionnellement qualifiée" pour présider la Banque centrale européenne.

  • 427
Marchés23 juillet 2019

Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne

Le 31 octobre 2019 ne sera pas seulement le jour d'Halloween ou du début du Brexit. Il marque également le dernier jour du mandat de Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE). Son successeur probable? Christine Lagarde, l'actuelle dirigeante du Fonds monétaire international (FMI).

La nomination de Christine Lagarde à la présidence de la BCE, si elle est confirmée par les chefs d'États de l'Union européenne, sera une véritable double première – la première femme à la tête de le BCE ainsi que la première personne sans diplôme d’économie.

Des talents de diplomate

Avocate de métier, ses compétences sont indéniables. «Exceptionnellement qualifiée pour le poste», juge Benoît Cœuré, membre du directoire de l'Institut de Francfort. Il souligne également les talents diplomatiques de Christine Lagarde, sa bonne connaissance des institutions européennes ainsi que son rôle à la tête du FMI.

Philip Lane, nouveau bras droit

Bien qu’il ne soit actuellement pas possible de deviner la future politique monétaire de Christine Lagarde, il est évident que, sans les connaissances fines des mécanismes monétaires, les décisions de la BCE se feront avec la proche collaboration du conseil des gouverneurs. Au centre de celui-ci, le nouveau chef économiste, Philip Lane.

L’ancien chef de la Banque central d’Irlande a pris le poste au conseil, succédant à Peter Praet qui terminait son mandat au mois de mai. Philipe Lane est très connu et respecté par les diplomates européens. Mario Draghi lui-même le considère comme un des économistes les plus qualifiés de la zone euro. Parmi les experts, Philip Lane est jugé pour avoir des visions de politique monétaire similaires à celles de Mario Draghi.

Nouveaux défis pour la Banque centrale

Dans trois mois, le nouveau conseil des gouverneurs, sous la direction de Christine Lagarde, devra faire face aux nouveaux défis se profilant pour l’institution. Alors que l’économie européenne donne des signes de faiblesse, la cible des 2% d’inflation n’a toujours pas été atteinte. Ces prochains mois, elle devra faire preuve d’inventivité et de souplesse pour trouver de nouveaux leviers d’action sur l’économie.

Selon un article publié par Bloomberg la semaine passée, la BCE réfléchit sérieusement à revoir sa cible d'inflation. L'objectif actuel vise une inflation «inférieure à, mais proche de 2%». Dorénavant, toujours selon Bloomberg, la BCE pourrait adopter une politique dite symétrique, permettant une inflation légèrement supérieure à l’objectif pendant une certaine période, avant de réagir et de durcir sa politique monétaire. Un changement de cible d’inflation pourrait être le signal fort que l’institution est prête à relancer des mesures accommodantes pour soutenir la croissance.

Un remaniement du cadre serait une autre étape dans la transformation de la BCE au cours des deux dernières décennies, passant d’une banque centrale traditionnelle, inspirée de la Bundesbank, à une stratégie novatrice pour un monde dans lequel les modèles économiques classiques ne semblent plus fonctionner.

Par Benjamin Gross, BCV

Publié dans le commentaire hebdomadaire "Matinale Express - Actions" de la salle des marchés de la BCV, le 23 juillet 2019

Ces articles pourraient vous intéresser

La BCE met en œuvre sa nouvelle politique monétaire

La fin des taux d'intérêt bas dans la zone euro n'est toujours pas en vue après la dernière réunion du Conseil des gouverneurs de la BCE. Suite

Annuler la dette publique de la zone euro: risques et enjeux

La dette publique de la zone euro détenue par la BCE est d'environ 2 500 milliards d'euros. D’aucuns appellent à son annulation et le sujet fait débat depuis près d’une année. Mais l’affaire est complexe. Suite

BCE: changement de tonalité en perspective

Mario Draghi devra préparer les marchés à une fin annoncée des injections de liquidités dans la zone euro. Suite