Les montants investis dans la fintech les six premiers mois de l’année ont atteint 37,9 milliards de dollars.

  • 159
Marchés03 septembre 2019

Bon millésime pour la fintech en 2019?

Le rythme des investissements mondiaux dans les entreprises technologiques de la finance a démarré en douceur au premier semestre 2019, après une année 2018 record.

Chute de 40% par rapport à 2018

Les montants investis dans la fintech sur les six premiers mois de l’année ont atteint USD 37,9 milliards via 962 levées de fonds et fusions-acquisitions, enregistrant une chute de près de 40% par rapport aux USD 62,8 milliards enregistrés au premier semestre de 2018, selon les chiffres de l’étude «Pulse of Fintech» de KPMG.

Cette décrue s’explique d’une part par l’absence de méga-opérations. En effet, deux transactions avaient marqué le début de l’année 2018: Ant Financial, en charge de la solution de paiement Alipay et filiale du géant du commerce en ligne Alibaba, avait levé USD 14 milliards et l’américain Vantiv avait racheté pour USD 12,9 milliards le spécialiste des paiements en ligne WorldPay.

D’autre part, la région Asie-Pacifique qui pesait, au premier semestre 2018, USD 16,8 milliards pour 162 opérations, est tombée à USD 3,6 milliards pour 102 opérations. L'incertitude globale, l’augmentation de la réglementation en Chine, l’intérêt croissant de Pékin pour le secteur et les tensions commerciales sino-américaines ont contribué à ce déclin, explique KPMG.

La part du lion pour l’Amérique

Au niveau de la répartition géographique des investissements, le continent américain se taille la part du lion avec USD 21 milliards, dont USD 18,3 milliards aux États-Unis. L’Europe comptabilise 307 opérations, totalisant EUR 13,2 milliards. Malgré les incertitudes liées au Brexit, le Royaume-Uni s’en est attribué la majeure partie en captant sept des dix plus grosses opérations européennes.

Cela dit, dans la plupart des régions du monde, le marché de la fintech est demeuré relativement vigoureux et bien positionné pour croître. Les experts de KPMG anticipent une forte croissance en seconde partie d’année, avec la finalisation de méga-transactions déjà annoncées aux États-Unis.

Fusions, acquisitions et reventes au programme

Le secteur des paiements devrait particulièrement s’illustrer avec la finalisation de la fusion entre Global Payments et Total System Services pour USD 21,5 milliards, l’acquisition de First Data par Fiserv pour USD 22 milliards et la revente de WorldPay à Fidelity pour USD 35 milliards. Par ailleurs, d’autres levées de fonds ont déjà eu lieu cet été. En juillet, la néobanque brésilienne Nubank et l’allemande N26 ont levé respectivement USD 400 millions et USD 170 millions. En août, l’Américain C2FO a obtenu USD 200 millions via un nouveau tour de table mené par Softbank Vision Fund. Enfin, Klarna, la licorne suédoise spécialisée dans les paiements en ligne, a levé USD 460 millions le mois dernier, ce qui en fait la plus importante société européenne dans le domaine des technologies de paiement.

Encore un millésime

Au rythme actuel des investissements dans la fintech mondiale, l’année 2019 pourrait être «de loin» le deuxième meilleur millésime de cette décennie, prédit le cabinet de conseil. 2018 avait été une année record avec USD 120 milliards pour 2 590 opérations.

Publié dans le commentaire hebdomadaire "Matinale Express - Actions" de la salle des marchés de la BCV, le 3 septembre 2019

Par Alain Sala, Négociateur en actions et dérivés, BCV

Ces articles pourraient vous intéresser

Semestre record pour les fusions-acquisitions

Portées par un environnement économique favorable et la réforme fiscale américaine, ces opérations ont atteint à l'échelle mondiale le niveau record de 2500 milliards de dollars sur les six premiers mois de l’année. Suite

Les introductions en bourse reviennent sur le devant de la scène

En 2017 sur le marché suisse, Landis & Gyr, pour un montant de 2,4 milliards de dollars, et Galenica, pour 1,9 milliard de dollars, ont été les principaux acteurs. Suite

La saison des IPO débute à Wall Street: les nouvelles licornes

Les entrées en bourse prolifèrent aux États-Unis grâce à des marchés qui ont le vent poupe. Mais il n’y a pas que des succès. Quelques exemples. Suite