Perspectives économiques

Notre expert, René-Pierre Giavina, présente les perspectives du marché des devises pour 2021

  • 721
Entrepreneurs23 mars 2021

Perspectives économiques

Marchés des changes: le franc perdrait-il de son lustre?

Le franc a tiré son épingle du jeu en 2020

Si 2020 a été une année horrible, tant sur le plan sanitaire que conjoncturel, elle a été en revanche faste pour le franc. Notre devise s’est sensiblement renforcée contre le dollar et elle s’est stabilisée par rapport à l’euro grâce aux interventions massives de la Banque nationale suisse (BNS).

Le billet vert a ainsi perdu près de 9% contre le franc l’an dernier. Et, contre toute attente, c’est l’euro qui, après un premier trimestre décevant, a fait de la résistance. Un euro rasséréné par les mesures de soutien extraordinaires prises par la Banque centrale européenne (BCE) et par le plan de relance commun de l’Union européenne.

Graphe 10 ans USD-CHF_EUR-CHF

Le franc perdra-t-il de son aura cette année? Rien n’est moins sûr!

En miroir à l’an dernier, le dollar s’est raffermi depuis janvier, boosté par l’arrivée au pouvoir de l’équipe de Joe Biden et ses annonces de relance budgétaire massive, par le net rebond des rendements des emprunts du Trésor américain et par une économie qui cartonne déjà en ce début d’année. Cette belle dynamique conjoncturelle est entraînée par une activité industrielle dynamique et par une consommation des ménages dopée aux chèques distribués.

Même si 2021 va probablement être une année de forte croissance aux États-Unis (près de +5% attendus après un repli de 3,6% en 2020), d’une croissance plus dynamique que dans la zone euro ou en Suisse, ce n’est pas suffisant pour redorer durablement l’attrait du billet vert. Le dollar reste une devise refuge, mais pas seulement. Elle a la faveur de la cote lorsque tout va mal ou lorsque les États-Unis cartonnent, alors que l’Europe traîne la patte. Nous sommes, pour l’instant, dans ce deuxième cas de figure. Toutefois, alors que les banques centrales feront tout leur possible pour soutenir l’activité, la croissance mondiale devrait rapidement se redresser ce printemps, poussant les investisseurs à se délester de leurs dollars au profit de devises plus sensibles à la reprise.

L’appétit retrouvé des investisseurs pour le risque les poussera-t-il aussi à délaisser le franc au profit de l’euro? Ce serait bienvenu, tant pour nos exportateurs que pour la politique monétaire de la BNS. Un repli du franc se traduirait par une augmentation des prix importés, un élément qui pourrait installer l’inflation suisse en territoire positif, permettant à la BNS de pousser un premier «ouf» de soulagement.

Il est prématuré de miser sur un affaiblissement durable du franc

Compter sur un affaiblissement durable du franc contre l’euro est prématuré, même si l’arrivée de Mario Draghi au pouvoir en Italie dissipe une incertitude politique récurrente chez nos voisins. Pour assister à un repli marqué du franc, il faudrait tabler sur une croissance plus dynamique en Europe que chez nous, ce qui reste difficile à imaginer au vu des dernières statistiques économiques. Un exemple parmi d’autres: l’indice des directeurs d’achats manufacturiers de la zone euro reste sous les 50 points, une zone synonyme de contraction de l’activité, alors qu’il demeure bien installé au-dessus des 50 points en Suisse, soit en zone d’expansion de l’activité. Une remontée des taux longs de la zone euro bien plus forte que celle des emprunts de la Confédération permettrait aussi d’affaiblir le franc. Mais ce scénario reste improbable étant donné que la BCE continuera à acheter régulièrement de la dette sur le marché pour éviter toute remontée marquée des taux longs.

Ainsi, 2021 ne devrait pas être une année de forte dépréciation du franc. Elle sera en revanche marquée par davantage de volatilité sur le marché des changes, car le contexte géopolitique mondial ne sera pas nécessairement plus assagi.

Ces articles pourraient vous intéresser

L’euro reprend des couleurs contre le franc et le dollar

La route haussière de l’euro est-elle toute tracée? Ce sera vraisemblablement le cas dans six à douze mois, à moins d’un cataclysme géopolitique. Suite

L’euro à CHF 1,20, le retour

La monnaie unique s’est renforcée depuis le milieu de l’an dernier pour retrouver un niveau jamais revu depuis le 15 janvier 2015 contre le franc. Elle se rapproche ainsi de son juste prix. Suite

Cher franc suisse

Le franc s'est déprécié, mais il reste cher en parité de pouvoir d'achat. Poursuivra-t-il sa baisse? Suite