Ce qu’il faut savoir sur les cryptomonnaies

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie?

Les cryptomonnaies sont des unités de compte permettant de réaliser des transactions; il en existerait 19 400 selon le site CoinMarketCap. Elles sont un type de monnaie digitale parmi d’autres.

La spécificité des cryptomonnaies, actifs financiers numériques, est d’être basée sur une technologie digitale, la blockchain. Ce procédé informatique a deux grandes caractéristiques: il est décentralisé et impossible à modifier. Concrètement, chaque transaction est consignée dans un grand registre informatique public et sa validité est garantie par un processus qui fait appel à des ordinateurs du monde entier. Résultat: les échanges peuvent être retracés et sont très difficiles à falsifier, mais au prix d’une dépense énergétique qui fait débat.

Le bitcoin est la première devise électronique à voir le jour, en 2009. Depuis, d’autres générations de ces outils sont apparues, étendant leurs possibilités et leur utilité. Les plus avancées, comme l’Ethereum, permettent de conclure des «smart contracts» ou contrats intelligents. Avec ces programmes informatiques automatiques et sécurisés, on peut exécuter des contrats en ligne, sans aucun intermédiaire (pour conclure des ventes dans le domaine de la finance ou de l’art, par exemple).

À quoi sert une cryptomonnaie?

À l’origine, l’un des principaux rôles de la monnaie était de faciliter les transactions dans l’économie. Mais si les cryptomonnaies ont été initialement conçues dans ce but, elles ne sont, de loin, pas utilisées comme moyen de paiement aujourd’hui.

Certes, toute une série de déclarations et d’annonces ont eu lieu: le fondateur de Tesla, Elon Musk, a déclaré que ses voitures pourraient être achetées au moyen de bitcoins… avant de se rétracter. Certaines marques de luxe ou des stations de ski déclarent accepter les paiements en bitcoins. Mais ces annonces relèvent la plupart du temps de la communication. En effet, le bitcoin est peu attractif comme monnaie d’échange en raison des fortes fluctuations de son cours. Après le Salvador en 2021, la République centrafricaine est le deuxième pays à reconnaître le bitcoin comme monnaie officielle, au même titre que le franc CFA.

En raison de l’anonymat relatif qu’elles permettent en tant que moyen de paiement, certaines cryptomonnaies sont aussi utilisées pour procéder à des échanges dans des économies parallèles, voire frauduleuses, ou dans des pays instables politiquement et économiquement. Et pour le moment, les cryptoactifs (ou actifs numériques) sont principalement utilisés comme des outils spéculatifs: soit pour le placement à long terme, soit pour réaliser des gains financiers à court terme. Les 90% des transactions dans des cryptomonnaies auraient aujourd’hui cette fonction.

Enfin, la création de bitcoins étant prédéterminée à 21 millions d’unités, certains analystes comparent volontiers cette cryptomonnaie à l’or: ils jugent qu’elle pourrait jouer le rôle de valeur refuge, notamment en période d’inflation. En Suisse, 7% des épargnants ou épargnantes de 18 à 55 ans posséderaient des cryptoactifs dans leur portefeuille.

Quels sont les chances et les risques d’investir dans des cryptomonnaies?

On a peu de recul dans le domaine des cryptomonnaies parce que ce marché est très récent. Et aussi parce qu'il évolue en permanence, il est en plein développement. Le cours du bitcoin a connu des sommets historiques comme des chutes abyssales. L’une de ses principales caractéristiques est sa volatilité.

Pour les autorités qui commencent à encadrer les acteurs traitant les cryptomonnaies et pour les professionnels ou professionnelles qui les utilisent, deux points sont particulièrement problématiques. D’abord, le fait qu’il est difficile de faire un lien entre ces actifs et la production de valeur concrète dans l’économie réelle. Ensuite, l’absence de contrôle réglementaire externe sur la plupart des entreprises actives dans le domaine. La complexité de la technologie explique en effet que la clientèle finale fait souvent appel à des intermédiaires. Et une entreprise de trading de cryptomonnaies affichant un volume d’échanges pourrait tout à fait truquer ses chiffres: personne ne vient aujourd’hui lui demander des comptes, contrairement aux acteurs financiers régulés.

Enfin, des cas de fraude avérée ont déjà été révélés. Certaines entreprises ont, par exemple, simulé des échanges entre comptes au moyen de robots afin d’augmenter artificiellement le nombre de transactions avec une cryptomonnaie pour fausser les volumes d’échanges, et attirer davantage d’investisseurs.

La volatilité du marché des cryptomonnaies explique que certains n’y voient qu’un phénomène spéculatif. D’autres, au contraire, estiment que cette monnaie connaîtra sur le long terme une croissance durable liée notamment au potentiel que la technologie fait miroiter. Pour l’heure, le sujet reste largement débattu.

Veuillez préalablement prendre connaissance des conditions d'utilisation du Site et du courrier électronique.
Les informations et/ou documents en lien avec des instruments ou services financiers au sens de la LSFin qui sont présentés sur ce site Internet constituent en principe un support publicitaire selon ladite loi.
© 2002-2022 Banque Cantonale Vaudoise, tous droits réservés.