Augmentation de capital - changement de modalités

La Banque Cantonale Vaudoise se réjouit de la décision prise par le Conseil d'Etat de souscrire en totalité l'augmentation de capital qui sera soumise mercredi à l'assemblée générale. La situation actuelle du marché rend en effet aléatoire le succès d'une offre publique. En outre, les mauvaises conditions du marché risquent également de peser sur les résultats de l'exercice 2002. Quant à la décision de Standard & Poor's de maintenir le rating (A-) de la Banque, elle est également positive, même si elle est assortie d'un " negative outlook ". Cette nuance n'est pas surprenante dans la mesure où les perspectives à court et moyen terme de l'ensemble du secteur bancaire se sont détériorées depuis l'an dernier.

Le Conseil d'Etat, en accord avec la BCV, a annoncé aujourd'hui qu'il est prêt à souscrire intégralement l'augmentation de capital prévue par la Banque, qui devait être lancée sur le marché le 27 juin. Dans le contexte boursier actuel, une telle opération aurait été particulièrement difficile à mener à bien. L'opération se fera dès lors selon un mode traditionnel, dans les meilleurs délais. Les actions nouvelles seront offertes en souscription aux actionnaires existants à un prix prédéfini, qui déterminera la valeur du droit de souscription. L'Etat rachètera l'ensemble des droits non exercés par les actionnaires.

Les perspectives de placement de l'augmentation de capital se sont assombries ces derniers temps avec la chute des marchés boursiers. Les investisseurs manifestent de nettes réticences face aux augmentations de capital. Deux opérations ont d'ailleurs été annulées récemment. L'Etat et la BCV jugent important que l'augmentation du capital de la Banque se déroule dans les meilleures conditions possibles. Aussi ont-ils décidé de renoncer au projet de solliciter le marché par la voie d'un appel d'offres.

En outre, sans un redressement rapide des marchés, actuellement imprévisible, les résultats 2002 de l'ensemble du système bancaire risquent d'être inférieurs aux prévisions. Ainsi, la BCV a revu partiellement à la baisse ses estimations pour l'année en cours. Le bénéfice brut devrait néanmoins afficher une légère hausse par rapport à 2001, mais les besoins de provisions, affectés par l'affaire Allied Deals, dépasseront la proportion prévue de 0,5% du total des crédits. Le résultat net ne sera donc probablement que légèrement positif. Il sera même négatif au premier semestre, en raison des provisions qu'il faudra constituer au 30 juin sur l'affaire déjà citée.

Si les perspectives à court terme ne sont guère favorables, la BCV conserve de très bonnes chances à plus longue échéance. Une fois réalisée l'augmentation de capital, dont le résultat est désormais assuré, elle pourra se concentrer entièrement sur la réalisation de sa stratégie visant à poursuivre sa mission vis-à-vis de l'économie vaudoise en améliorant sa rentabilité et en gérant ses risques de façon toujours plus efficace.

Lausanne, le 25 juin 2002

Contact(s)

Daniel Herrera, Directeur de la communication
Téléphone 0844 228 228 (tarif national)
E-mail info@bcv.ch 

Please read our website and email Terms and Conditions before using our website or contacting us by email.
Other legal information
© 2002-2022 Banque Cantonale Vaudoise, all rights reserved.