Une hausse de 25% et après?

  • Les actions mondiales ont vécu une magnifique année 2019.
  • L’environnement économique reste positif avec un léger rebond de la croissance attendu en 2020.

L’an dernier, les actions mondiales ont progressé de 25%. Une progression qui dépasse même les 30% pour les marchés suisses et américains. L’ampleur de ce rally est la deuxième plus importante depuis les plus bas de 2009. Le SPI a, lui, enregistré la 4e meilleure performance de son histoire. Qu’espérer après une telle progression?

La première question à se poser pour évaluer la situation reste encore et toujours: le cycle touche-t-il à sa fin? Pourquoi cette interrogation? Car, historiquement, les corrections majeures – soit de 30% à 50% – et durables se sont généralement déroulées en fin de cycle. En dehors de ces périodes, il n’est pas rare de rencontrer des baisses d’environ 10% une fois par an, des reculs qui peuvent habituellement être effacés en douze mois ou même moins.

Nombreux soutiens à l’économie

Si des doutes sur la dynamique économique étaient permis durant l’été 2019, ils ont grandement disparu au quatrième trimestre. La croissance devrait se poursuivre au moins jusqu’à cet été. L’économie mondiale profite des politiques toujours accommodantes des banques centrales et des taux bas. Elle reçoit par ailleurs le soutien de certains gouvernements dont la politique budgétaire vise à prolonger ce cycle économique. La dynamique encore solide de l’emploi est un autre atout actuellement. Le déstockage massif qui a handicapé l’industrie en 2019 touche par ailleurs à sa fin. La combinaison de ces différents facteurs a fait baisser la tension autour de la croissance et permet d’envisager une poursuite du cycle, comme le démontrent les indicateurs avancés de l’activité.

La question suivante concerne la vigueur de cette poursuite de la croissance. Peut-elle atteindre les niveaux de 2017 ou 2018? Non, l’économie mondiale, qui avait progressé au rythme de 3,8% il y a deux ans, a ralenti à 3% en 2019 et devrait croître de 3,2% cette année.

L’impact des politiques monétaires des banques centrales et des taux sera moins élevé que précédemment. Les économies américaine et européenne traversent en outre la phase de maturité de leur cycle. Période dans laquelle toute relance devient plus difficile, notamment car les besoins essentiels des acteurs économiques sont assouvis. La Chine poursuit en outre son ralentissement économique structurel.

Stabilité

Dans ce contexte, l’inflation devrait rester stable et contenue. Stable, le qualificatif vaut aussi pour les politiques monétaires, qui devraient rester accommodantes d’ici l’automne du moins.

Si économiquement parlant, 2020 paraît plus rassurant que 2019, la marge de progression des marchés boursiers est moindre. Car une bonne partie des bonnes nouvelles est déjà comprise dans les cours et les valorisations sont bien plus contraignantes qu’elles ne l’étaient après la baisse excessive de fin 2018. Il est ainsi intéressant de noter que sur les 25% de hausse de 2019, un peu moins de la moitié s’explique par le rebond de début d’année.

Sur les marchés, la tendance devrait ainsi rester positive, mais plus irrégulière.  

Bitte lesen Sie zuerst die Nutzungsbedingungen der Website und die Nutzungsbedingungen der elektronischen Post.
© 2002-2020 Banque Cantonale Vaudoise, alle Rechte vorbehalten.