Cap maintenu sur les actions, avec la politique comme sextant

Dans cette phase de maturité du cycle, accompagner les données économiques et autres nouvelles politiques reste la clé de toute gestion de portefeuille. Plus que jamais, le terme de flexibilité se justifie. En 2020, les actions gardent du potentiel, les bonnes surprises – le changement de cap des banques centrales et les valorisations favorables – en moins. Ce biais constructif envers les actions n’est cependant pas permanent sur l’ensemble de l’exercice. La visibilité actuelle, que l’on peut qualifier de moyenne, nous promet une première partie d’année plus porteuse.

Socle géographique défensif

Un bon socle d’actions américaines et suisses en ligne ou légèrement supérieur à la référence de votre profil d’investisseur permet d’atténuer les effets des incertitudes ambiantes. Ce cadre laisse une marge de manœuvre d’environ un quart du portefeuille pour profiter davantage des opportunités occasionnées par les aléas politiques ou les surprises économiques. Les indicateurs montrent une éclaircie durable? Les valeurs cycliques, qui réagissent davantage à la conjoncture, possèdent un potentiel de rattrapage non négligeable. C’est notamment vrai pour les marchés émergents et pour l’Europe passablement restés en retrait en 2019.

Des anomalies sectorielles à corriger

Parmi les spécificités de 2019 figure une anomalie qui pourrait être corrigée en 2020. Si les marchés américains et suisses ont vécu une année particulièrement faste, ils le doivent non à l’ensemble de la cote, mais à des secteurs ou valeurs très spécifiques. La technologie outre-Atlantique et le trio Nestlé-Novartis-Roche ici. Cette configuration offre des possibilités de rattrapage dans d’autres secteurs. L’important sera alors de les saisir au gré des nouvelles économiques.

Le dollar et les autres

Côté devises, si le scénario d’une poursuite de la croissance à un rythme modéré se confirme, l’euro peut se stabiliser contre le franc. Là encore, l’environnement politique servira de boussole. Faute de concurrence aux États-Unis dans la conduite de l’économie mondiale, le dollar devrait évoluer latéralement sans enregistrer de très forts mouvements ni à la hausse ni à la baisse. Il occuperait davantage le haut de la fourchette en cas de croissance mondiale un peu plus faible qu’attendu et le bas de cette même fourchette dans le cas contraire. Ceci, encore une fois, en l’absence de turbulences politiques.   

Valorisation des actions mondiales

La chute de fin 2018 a offert une certaine marge de manoeuvre aux actions mondiales. Après une année 2019 favorable sont-elles chères? Elles restent à l’intérieur d’un espace acceptable, même si elles sont proches de la limite supérieure. Cette contrainte devrait signifier une hausse plus modérée pour ces prochains mois.

5-1-Graphe-Valo-Action-monde

Bitte lesen Sie zuerst die Nutzungsbedingungen der Website und die Nutzungsbedingungen der elektronischen Post.
© 2002-2020 Banque Cantonale Vaudoise, alle Rechte vorbehalten.