Situation financière et stratégie BCV

La BCV annonce un résultat brut 2002 (maison mère) satisfaisant, malgré des marchés difficiles. 
En avance sur son calendrier et animé par la volonté d'accélérer la transformation nécessaire de la banque, le Conseil d'administration a pris des décisions stratégiques importantes qui préfigurent la BCV des prochaines années: plus compacte, plus efficace, plus professionnelle et encore plus proche.

A l'occasion de son Assemblée générale extraordinaire du 5 février, la BCV fait le point sur sa situation financière. Comme annoncé lors de l'Assemblée générale extraordinaire du 30 octobre 2002 et bien qu'elle se soit donné jusqu'à fin mars pour développer sa réflexion, la banque présente les grandes lignes de sa stratégie pour les prochaines années et quelques mesures concrètes. Quant aux points soumis au vote de l'Assemblée générale extraordinaire d'aujourd'hui, ils portent sur l'opération d'augmentation de capital annoncée le 30 octobre dernier et feront l'objet d'un communiqué de presse diffusé en début de soirée.

Un exercice 2002 encourageant pour l'avenir 
Sur le plan opérationnel, l'exercice 2002 de la maison mère présente un résultat brut qui, compte tenu du contexte très difficile dans lequel il s'est déroulé, peut être jugé plus que satisfaisant. La fidélité que la clientèle a témoignée à la banque dans cette période troublée a joué un rôle déterminant dans cette évolution. Le bénéfice brut de la maison mère a reculé de 4% seulement par rapport à celui de l'année précédente. Alors que le total des produits a fléchi de moins de 2%, les charges d'exploitation ont très légèrement baissé. Quant au résultat net, négatif, il sera largement affecté par l'attribution supplémentaire de 850 millions aux correctifs de valeurs et provisions, ainsi que par la constitution d'une réserve pour risques bancaires généraux à hauteur de 250 millions. 
Le résultat des opérations d'intérêt n'a diminué que marginalement, soit de moins de 1%. Les commissions ont enregistré un recul qui est resté modéré (-4,7%) malgré l'environnement très défavorable dans lequel ont évolué les activités de gestion de patrimoines. Négatif en 2001 (-25 millions), le revenu des opérations de négoce a été satisfaisant l'an dernier grâce à la progression des transactions sur devises, billets et métaux, alors que la réduction des risques sur les portefeuilles de titres a permis d'éviter des pertes dans ce domaine. Quant aux autres résultats ordinaires, qui comprenaient en 2001 le bénéfice de la vente d'actions Orange Communication, ils ont diminué de 66%, en raison notamment des pertes enregistrées sur le portefeuille de titres immobilisés. Du côté des charges, la stabilité a prévalu. L'effectif du personnel a diminué de 3% durant l'année et comprenait 2'017 personnes (en unités de travail à plein temps) en décembre 2002. L'objectif de réduire d'environ 10% les effectifs de la banque d'ici fin 2004 est maintenu. 
Les chiffres consolidés complets et audités seront annoncés le
25 mars. 
Sous l'angle de la marche des affaires (résultat brut), l'exercice 2002 de la maison mère permet ainsi d'envisager une année 2003 placée sous le signe du renouveau, avec un objectif clairement affirmé de retrouver un résultat net positif. Les mesures internes prises à court terme, touchant à la maîtrise des risques et des coûts, ainsi qu'au mode de fonctionnement de la banque, devraient permettre d'atteindre cet objectif malgré des marchés financiers qui ne cessent d'être préoccupants.

Une BCV plus compacte, plus efficace, plus professionnelle et encore plus proche 
Dans le présent contexte conjoncturel, marqué par des marchés difficiles et qui devraient le rester à moyen terme, et suite à une période de forte expansion dans la période 1996-2000, le Conseil d'administration, après des discussions approfondies avec la Direction générale, a décidé courant janvier des orientations stratégiques de la banque pour les prochaines années. Pour rappel, ces décisions étaient annoncées pour le 31 mars au plus tard. En accélérant considérablement ce processus, le Conseil d'administration donne un signe clair de sa détermination et de sa volonté de changement. 
D'une manière générale, la BCV a décidé de dynamiser ses affaires en se concentrant sur ses points forts avérés. Ainsi, la banque se recentrera sur ses métiers de base (épargne, gestion de fortune, crédits et négoce de titres et devises) et ses clients prioritaires (particuliers et entreprises vaudoises, clientèle privée on-shore et off-shore). 
Les grandes lignes des orientations décidées sont les suivantes :

Une BCV plus compacte - La banque va simplifier à court et moyen terme son portefeuille d'activités, en opérant certaines adaptations structurelles. Cette orientation stratégique permettra à la banque de réduire son profil de risque, de stabiliser ses revenus et profits, et de dynamiser ses métiers de base.
Une BCV plus efficace - En simplifiant ses processus de manière significative, la BCV veut être plus efficace et plus rapide dans ses décisions et ses actions. La mise en place d'un modèle de gouvernance et de fonctionnement simplifié, répondant aux exigences les plus modernes, a d'ores et déjà débuté. 
Une BCV plus professionnelle - La banque veut augmenter son niveau de professionnalisme en s'appuyant sur de fortes compétences existantes et en les développant encore, ainsi qu'en renforçant sa rigueur de gestion financière et des risques. Dans ce domaine également, des mesures concrètes sont engagées, notamment en termes de formation et de management. Parallèlement, des objectifs ambitieux de réduction des coûts et d'amélioration systématique de l'efficacité opérationnelle ont été fixés.
Une BCV plus proche - La banque entend se rapprocher encore de ses clients en s'appuyant sur un réseau de distribution fort et complémentaire (points de vente, guichets automatiques, services bancaires par Internet et téléphone). La BCV compte sur son réseau diversifié pour répondre de manière optimale aux habitudes et aux nouveaux besoins de ses clients, et pour atteindre ses objectifs de croissance.

Premières décisions concrètes 
Sur la base de ces orientations générales, le Conseil d'administration a pris des premières mesures concrètes. Leur application fera bien entendu l'objet de discussions avec nos partenaires sur place et de plans précis élaborés avec les clients concernés. 
Ces premières mesures sont les suivantes:

  • Concentration des activités de financement du négoce (Trade Finance) sur les secteurs des métaux et des matières premières agro-alimentaires
  • Désengagement ordonné et progressif, avec les équipes en place, du financement naval (shipping) et du financement du négoce de pétrole
  • Engagement plus sélectif dans les activités de crédit aux entreprises hors canton
  • Adaptation de notre stratégie Private Banking on-shore en Europe, avec un désengagement ordonné de ces activités en Grèce et en Italie
  • Renforcement de la Banque Piguet et possible fusion de la Banque Galland avec la Banque Piguet

Des bases solides pour l'avenir 
La BCV est consciente qu'elle doit encore faire d'importants efforts pour retrouver la position qui était la sienne. Toutefois, le Conseil d'administration est convaincu que les orientations stratégiques décidées constituent des bases saines pour l'avenir, même s'il faudra donner du temps à la banque pour qu'elle opère sa nécessaire transformation. 
Il appartient maintenant à la Direction générale de mettre en place les plans d'action nécessaires pour atteindre des objectifs de rentabilité durable ambitieux mais réalistes. Ceci sera possible moyennant une haute rigueur opérationnelle, un professionnalisme renforcé, une solide maîtrise des coûts et des risques, ainsi qu'un respect exemplaire des règles éthiques propres à l'industrie bancaire helvétique.

Prochaines étapes importantes pour le Groupe BCV

  • 25 mars 2003 : Publication des résultats consolidés 2002
  • 22 mai 2003 : Assemblée générale ordinaire, avec orientation sur la marche des affaires (1er trimestre)
  • Août 2003 : Résultats semestriels
  • Novembre 2003 : Orientation marche des affaires (3e trimestre)

Lausanne, le 5 février 2003

Contact(s)

Daniel Herrera, Directeur de la communication
Téléphone 0844 228 228 (tarif national)
E-mail info@bcv.ch 

Bitte lesen Sie zuerst die Nutzungsbedingungen der Website und die Nutzungsbedingungen der elektronischen Post.
© 2002-2022 Banque Cantonale Vaudoise, alle Rechte vorbehalten.