PIB vaudois: malgré des incertitudes accrues, les perspectives restent bonnes

L’augmentation pour l’économie mondiale des risques liés aux tensions commerciales ou à la hausse du prix du pétrole n’assombrit pas pour l’heure les perspectives conjoncturelles pour le canton de Vaud. Les dernières prévisions de croissance sont inchangées par rapport aux précédentes, publiées en avril et le PIB vaudois est attendu en progression de 2,5% cette année et de 1,9% l’an prochain, selon les dernières prévisions calculées par le CREA et publiées par la BCV, l’État de Vaud et la CVCI.

Lausanne, le 19 juillet 2018 – Le canton de Vaud bénéficie notamment de la poursuite de la reprise mondiale et de l’affaiblissement du cours du franc par rapport aux années précédentes. Cette configuration est favorable aux branches tournées vers les marchés internationaux, comme en témoigne une augmentation des exportations vaudoises de 1,6% au premier semestre. De plus, les conditions s’améliorent également pour les branches actives sur le marché intérieur, qui avaient connu un passage à vide en 2017. Ces évolutions ont permis une baisse du chômage dans le canton, dont la situation conjoncturelle est similaire à celle de la Suisse. Du reste, les prévisions de croissance du Secrétariat d’État à l’économie (SECO) pour l’ensemble du pays (+2,4% en 2018 et +2,0% en 2019) sont proches de celles du CREA pour Vaud.

Par rapport aux trimestres précédents, le contexte économique mondial est cependant en train d’évoluer: si la reprise se poursuit, les contrastes entre pays sont plus marqués. Ainsi, selon les dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI), la croissance devrait s’accélérer cette année aux États-Unis, alors qu’elle devrait se tasser dans la zone euro, au Royaume-Uni et au Japon. Parmi les pays émergents, certains bénéficient de la hausse du prix du pétrole, alors que d’autres sont pénalisés. À cela s’ajoute pour certains un resserrement des conditions de financement.

L’évolution principale réside cependant dans une augmentation du niveau d’incertitude, avec la montée des tensions commerciales. Si les conséquences pour la croissance mondiale des mesures protectionnistes introduites ces derniers mois par plusieurs pays semblent pour l’heure limitées, la possibilité d’une escalade est un facteur de risque important. Parmi les autres sources d’incertitude, il faut notamment mentionner sur le plan international la procédure de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), la normalisation de la politique monétaire aux États-Unis et celle à venir dans la zone euro ou les foyers de tensions géopolitiques. Sur le plan suisse, une remontée du cours du franc, en tant que valeur refuge, n’est pas exclue, tandis qu’une certaine incertitude subsiste dans l’évolution des relations avec l’UE. À l’inverse, la confirmation par le Conseil d’État de l’entrée en vigueur en 2019 du volet vaudois de la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III vaudoise), annoncée en automne 2017, a levé une incertitude importante pour l’économie du canton.

En ce qui concerne les branches, la chimie-pharma, l’industrie des machines et l’horlogerie ainsi que le commerce, les activités immobilières et les services aux entreprises devraient afficher cette année comme l’an prochain une croissance marquée (au-delà de +2%). Après une progression marquée de la valeur ajoutée en 2018, une légère baisse de régime et une croissance modérée (entre +0,5% et +2%) est attendue en 2019 dans les services financiers, la construction ainsi que les services publics et parapublics. Dans l’industrie alimentaire ainsi que l’hôtellerie et la restauration, l’activité devrait se développer à un rythme modéré cette année et l’an prochain. Enfin, les transports et les télécommunications pourraient connaître une année 2019 en stagnation après une croissance modérée en 2018.

Quatre publications par an

Le PIB est un indicateur essentiel pour évaluer le dynamisme d’une économie. Le PIB vaudois est publié depuis 2009. Pour garantir un calcul rigoureux et transparent, la BCV, l’État de Vaud, représenté par le Service de la promotion de l'économie et de l'innovation et Statistique Vaud, ainsi que la CVCI ont mandaté l’Institut CREA d’économie appliquée de la Faculté des HEC de l’Université de Lausanne. La méthodologie du CREA intègre notamment les estimations des PIB cantonaux de l’Office fédéral de la statistique et, depuis l’automne 2014, le nouveau système de comptabilité nationale, SEC 2010.

Depuis 2011, le PIB vaudois est publié quatre fois par an (prochaine parution: octobre 2018). Responsables de l’économie privée et décideurs politiques disposent ainsi en tout temps de données et de prévisions à jour, afin de pouvoir mieux préparer leurs décisions et piloter leurs projets.

Annexe: comparaison de l’évolution du PIB vaudois avec le PIB suisse, estimations par branche en 2017 et prévisions pour 2018 et 2019

Contacts:

BCV, Observatoire BCV de l’économie vaudoise:
Jean-Pascal Baechler, conseiller économique
021 212 22 51, jean-pascal.baechler@bcv.ch

État de Vaud, Service de la promotion de l'économie et de l'innovation (SPEI):
Raphaël Conz, chef de service ad interim
021 316 58 23, raphael.conz@vd.ch

État de Vaud, Statistique Vaud (StatVD):
Marc-Jean Martin, chef de la Section prospective et aide à la décision
021 316 29 71, marc-jean.martin@vd.ch

Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI):
Guy-Philippe Bolay, directeur adjoint
021 613 36 31, guy-philippe.bolay@cvci.ch

CREA – Institut d'économie appliquée:
Claudio Sfreddo, chef de projet (pour la méthodologie)
078 880 91 95, claudio.sfreddo@unil.ch

Documents

Chargement......
Chargement......

Veuillez préalablement prendre connaissance des conditions d'utilisation du Site et du courrier électronique.
© 2002-2018 Banque Cantonale Vaudoise, tous droits réservés.