Résultats annuels 2007 - Près d’un demi-milliard de bénéfice net pour le Groupe BCV

Les très bons résultats du Groupe BCV pour l’exercice 2007 représentent la deuxième meilleure performance de son histoire. Avec des revenus stables à CHF 1,1 milliard et un bénéfice brut de CHF 529 millions, le Groupe affiche un bénéfice net de CHF 477 millions en recul, comme attendu, de 11% en raison de l’accroissement de la charge d’impôts. Par ailleurs, le Groupe a défini les lignes majeures de sa nouvelle stratégie financière qui consiste notamment à optimiser ses fonds propres. Premiers effets concrets de cette stratégie : le Conseil d’administration proposera à la prochaine Assemblée générale de doubler le dividende et de rembourser plus de la moitié de la valeur nominale des actions. Ces deux opérations devraient permettre au Groupe de distribuer CHF 400 millions à ses actionnaires.

Croissance des revenus de l’activité bancaire

Les revenus totaux sont stables à CHF 1,1 milliard (-1%). Ce résultat est influencé par la reprise des activités de la filiale informatique Unicible par IBM intervenue le 1er juin 2007. Sans cet effet, les revenus de l’activité bancaire sont en hausse de 4%. Dans un environnement très concurrentiel, le Groupe a réussi à augmenter les revenus des opérations d’intérêts de 5% à CHF 505 millions. Malgré un contexte boursier défavorable, notamment lors du dernier semestre, les revenus des commissions augmentent de 5% à CHF 385 millions. En revanche, les résultats du négoce de titres, devises et instruments dérivés sont en baisse de 22% à CHF 73 millions. Le recul des autres revenus ordinaires (- 22%) à CHF 124 millions traduit essentiellement l’effet de la cession des activités d’Unicible.

Bénéfice brut stable

Les charges totales sont en recul de 1% à CHF 559 millions, influencées d’un côté par les réductions liées à la cession des activités de la filiale Unicible et de l’autre, par l’augmentation du volume d’affaires ainsi que le développement de projets stratégiques. Hors effet « Unicible », les charges totales seraient en hausse de 5%. Les charges de personnel diminuent, s’abaissant de 8% à CHF 348 millions, alors que les autres charges d’exploitation augmentent de 13% à CHF 211 millions. Cela s’explique notamment par un transfert de charges de personnel vers les coûts d’exploitation lié à l’externalisation des services informatiques. La stabilité des revenus et des coûts permettent le maintien du bénéfice brut au niveau record de l’exercice 2006 à CHF 529 millions (-1%). Hors effet « Unicible », le bénéfice brut serait en hausse de 3%. Le ratio coûts/produits est stable à 59% par rapport à l’exercice précédent.

Baisse du bénéfice net dû à l’accroissement de la charge fiscale

Les amortissements sont en réduction de 6% à CHF 85 millions et les correctifs de valeur stables à CHF 10 millions. Comme les années précédentes, la Banque a poursuivi sa politique de réduction et de valorisation des crédits compromis. Cela a permis la libération de provisions entraînant une hausse de 16%, à CHF 283 millions, des produits extraordinaires. Par ailleurs, le total des impôts s’accroît à CHF 99 millions (+ CHF 75 millions) suite à l’épuisement du crédit d’impôts lié aux pertes des exercices 2001-2002. Comme l’an dernier, le Groupe a choisi de renforcer le niveau de ses réserves pour risques bancaires généraux par le biais d'une attribution extraordinaire de CHF 140 millions. Cela permet néanmoins de dégager un bénéfice net de CHF 477 millions. Bien qu’en recul de 11% par rapport à l’année record 2006, le bénéfice net reste extrêmement élevé car le Groupe a bénéficié, cette année encore, de produits extraordinaires qui ne se réaliseront plus dans les mêmes proportions lors des prochains exercices.

Croissance du bilan de 7%

Le total du bilan enregistre une hausse de 7% à CHF 35,3 milliards, principalement générée par l’augmentation des dépôts de la clientèle et le développement des activités de crédit et de négoce.

A l’actif, la croissance des crédits hypothécaires se situe à 2% (CHF 303 millions) à CHF 16,8 milliards. Hors effet de réduction des crédits hypothécaires compromis, la croissance des affaires hypothécaires est de CHF 483 millions, soit 3%. Les créances commerciales sont en hausse de 2% (CHF 117 millions). Si l’on ne tient pas compte de l’effet de réduction des crédits compromis, leur croissance est de 7% ou CHF 413 millions. Le développement des activités de négoce et des marchés boursiers explique l’augmentation (CHF 641 millions) du portefeuille de titres et métaux précieux.

Au passif, les dépôts de la clientèle sont en forte hausse de 11% à CHF 21 milliards. L’épargne traditionnelle recule légèrement (-4%) à CHF 8,1 milliards. En revanche, les autres engagements envers la clientèle augmentent de 25%, signe d’un afflux de nouveaux fonds et de l’intérêt de la clientèle pour d’autres formes d’investissement tels que les comptes à terme.

Hausse de la masse sous gestion

La masse sous gestion du Groupe augmente de 4% à CHF 84,3 milliards et les apports nets de nouveaux fonds s’inscrivent à CHF 2,8 milliards.

Nouveaux objectifs financiers

Tous les objectifs financiers définis en 2003 ayant été atteints, le Groupe a décidé d’en fixer de nouveaux pour les trois à cinq prochaines années avec trois buts essentiels : continuer de remplir la mission assignée par la loi, créer durablement de la valeur pour les actionnaires et se maintenir, en termes de performance, dans le peloton de tête des banques cantonales. Dans cette logique, l’objectif de rentabilité des fonds propres (ROE) est désormais fixé à 13-14%. Le nouveau ratio charges/produits (cost/income) est fixé à 57-59%, traduisant ainsi la volonté de maîtrise des coûts malgré la pression sur les charges liées au développement des affaires et aux investissements dans le projet informatique.

Stratégie de fonds propres et politique de dividende

Le Groupe ayant fortement réduit son profil de risque et bénéficiant d’une capitalisation confortable, il a décidé d’optimiser son niveau de fonds propres en visant à terme un ratio de couverture CFB de 145% (pour le Groupe), ce qui correspond à un Total Capital Ratio(BRI) d’environ 14% et à un Tier 1 ratio d’environ 12%. Cet objectif traduit la volonté de la Banque d’opérer avec un niveau optimal de capital. Par conséquent, le Groupe distribuera à ses actionnaires le capital qui n’est pas nécessaire à son développement en fonction de ses capacités financières dans les années à venir. Menée dans le respect des règles de prudence, cette stratégie pourra s’exécuter sous différentes formes : réduction de la valeur nominale de l’action, rachat d’actions ou encore dividende extraordinaire. De plus, le Groupe n’exclut pas la possibilité de participer, via un rachat d’actions, au projet de désengagement partiel annoncé récemment par le canton de Vaud, actionnaire majoritaire.

Concernant sa politique future de dividende, le Groupe a décidé, compte tenu de la finalisation du rachat du capital-participation l’an dernier, de viser à terme un pay-out ratio de 60-80%.

Proposition à l’Assemblée générale de distribuer CHF 400 millions aux actionnaires en doublant le dividende et en remboursant plus de la moitié de la valeur nominale de l’action.

Premiers effets de la nouvelle stratégie de fonds propres, le Conseil d’administration du Groupe proposera à l’Assemblée générale du 24 avril prochain à Lausanne, une augmentation significative du dividende sur l’action nominative de 7 à 14 francs. Il proposera également le remboursement de 32,50 francs de la valeur nominale de l’action. En conséquence, ce sont CHF 400 millions que le Groupe propose de distribuer à ses actionnaires, soit l’équivalent de 46,50 francs par action.

Perspectives financières

L’année 2008 sera pour le Groupe BCV celle du retour à la normale. La forte diminution prévue des revenus extraordinaires ainsi que l’assujettissement complet à l’impôt, l’amèneront à trouver sa vitesse de croisière après des années marquées par les conséquences de la crise des exercices 2001-2002. Sous réserve d’un changement de l’environnement économique et de l’orientation des marchés financiers, la Banque prévoit, en 2008, un bénéfice brut similaire à celui de 2007 et un bénéfice net en recul.

Lausanne, le 5 mars 2008

Contact(s)

Christian Jacot-Descombes, Porte-parole
Téléphone + 41 21 212 28 61
E-mail christian.jacot-descombes@bcv.ch 

Wilhelm Blaeuer, relations investisseurs
Téléphone + 41 21 212 20 71
E-mail wilhelm.blaeuer@bcv.ch 

Note à la rédaction: Ce communiqué est envoyé en dehors des heures d’ouverture de la Bourse suisse (SIX, Swiss Exchange), afin de respecter les principes de publicité événementielle issus du Règlement de cotation émis par celle-ci.

Veuillez préalablement prendre connaissance des conditions d'utilisation du Site et du courrier électronique.
Les informations et/ou documents en lien avec des instruments ou services financiers au sens de la LSFin qui sont présentés sur ce site Internet constituent en principe un support publicitaire selon ladite loi.
© 2002-2022 Banque Cantonale Vaudoise, tous droits réservés.