Spécial 50e - Mon portefeuille est-il socialement responsable?

Le thème est toujours plus présent dans le monde de la finance et le sera encore pour de longues années. Il existe différentes manières d’intégrer ces principes en tant qu’investisseur.

Qu’y a-t-il dans mon portefeuille? La question est toujours plus présente. Il s’agit bien sûr de prendre connaissance de la part que représente chaque classe d’actifs, comme les obligations et les actions, mais pas seulement. Il s’agit désormais de savoir si un portefeuille est socialement responsable. Si son contenu répond à des critères ESG, soit s’il traduit une certaine sensibilité à la protection de l’environnement, au respect des droits humains ou à la bonne gouvernance des entreprises. Dans la finance, on parle désormais d’approche ESG et elle est toujours plus demandée par les investisseurs, qu’ils soient privés ou institutionnels.

Qu’y a-t-il dans mon portefeuille? La question n’est pas qu’individuelle. La problématique de l’investissement durable fait désormais partie de l’agenda politique mondial. L’Union européenne a lancé l’an dernier son plan d’action pour pousser le système financier à soutenir ses objectifs en matière de développement durable. En Suisse, la pression augmente. Une récente étude de PwC et du WWF mettait en avant le risque que courrait la place financière suisse si elle restait hors du mouvement.

Une charte d’investissement responsable, soutenue par les Nations Unies, existe, elle est connue sous le nom de PRI (Principles for Responsible Investment). Elle comprend six principes d’investissement responsable que ses signataires s’engagent à respecter. Il s’agit par exemple de prendre en compte les questions ESG dans les processus d’analyse et de décision en matière d’investissement, d’être un investisseur actif ou encore de rendre compte de ses activités dans l’application de ces principes.

Si cette charte constitue un cadre global pour l’investissement responsable, dans la finance, aucun label ne permet actuellement d’étiqueter de manière uniforme dans quelle mesure tel thème, produit ou entreprise répond aux critères ESG, comme c’est le cas par exemple pour la consommation énergétique des appareils ménagers. Des pistes se dessinent pourtant dans un marché en pleine structuration. Ainsi, plusieurs indices sont proposés avec des versions intégrant les critères ESG de manière plus ou moins poussée.

Trois voies d’intégration

Intégrer l’ESG dans la gestion peut aujourd’hui prendre plusieurs chemins. L’exclusion, l’inclusion et la gouvernance. Concrètement, la première signifie que l’on retire de l’univers d’investissement les entreprises actives dans certains secteurs ou contrevenant à certains thèmes, comme les armes à sous-munition ou le travail des enfants. La seconde passe par l’intégration de critères ESG dans le processus d’investissement. Et la troisième consiste, pour l’actionnaire, à voter de manière systématique aux assemblées générales des sociétés dont il détient des titres, voire à mettre en place un véritable dialogue actionnarial.

Intégrer l’ESG dans un processus d’investissement relève d’une démarche qui doit rester concrète, cohérente et crédible. Son impact doit être mesurable qualitativement et quantitativement. Et elle doit se révéler indolore sur le plan du rendement et du risque.

La BCV agit

La BCV accompagne le mouvement en cours avec pragmatisme. Elle a décidé d’adhérer aux PRI. Elle complète aussi par des critères ESG une gouvernance de vote systématique sur les actions suisses détenues par ses fonds de placement. En matière d’exclusion, elle se réfère à la politique de l’ASIR, l’Association suisse des investissements responsables, qui a établi une liste des titres à exclure en se basant sur des critères non pas personnels ou moraux, mais alignés sur le cadre légal suisse et liés à de graves controverses selon les critères de MSCI. Elle vise aussi à intégrer des critères ESG dans sa gestion par une approche dite de repondération, soit en favorisant les bonnes pratiques et en pénalisant les mauvaises.

Ces démarches en cours de concrétisation se traduisent pour le client par davantage de transparence, ainsi que par une réelle amélioration de l’aspect ESG des portefeuilles gérés.

ISR ou ESG?

ISR - Trois lettres pour Investissement Socialement Responsable ou un mode d'investissement par lequel l'investisseur exprime dans son portefeuille sa prise de responsabilité par rapport au monde qui l'entoure.
ESG - Trois lettres pour Environnement, Social et Gouvernance ou les principaux critères de référence utilisés dans l'ISR.

Veuillez préalablement prendre connaissance des conditions d'utilisation du Site et du courrier électronique.
Autres informations juridiques.
© 2002-2019 Banque Cantonale Vaudoise, tous droits réservés.